Expertise has a price

Brought to you by the Fédération 
des médecins spécialistes du Québec

Blog

Sign-up
for our newsletter
Blog, Entreprises énergivores   |   21 COMMENTS  |   Sunday January 31st, 2010

Saviez-vous que les grandes entreprises manufacturières paient leur électricité à une fraction du prix du tarif de consommation résidentielle?

Comparativement à ailleurs dans le reste du Canada ou aux États-Unis, les grandes entreprises industrielles (alumineries, fonderies, pâtes et papier par exemple) paient leur électricité beaucoup moins cher au Québec. En réalité, les tarifs grande puissance d’Hydro-Québec sont parmi les plus bas en Amérique du Nord. Or, plutôt que de se tourner vers une hausse des tarifs pour la consommation résidentielle – une mesure régressive qui, selon plusieurs économistes, pénalise notamment les ménages à faibles revenus – le gouvernement pourrait plutôt se tourner du côté des grandes entreprises industrielles énergivores qui, en plus de payer moins cher leur électricité, bénéficient également de généreux tarifs préférentiels négociés par le biais d’ententes particulières.

En tenant compte des estimations effectuées par Hydro-Québec (que l’on retrouve dans son plan d’approvisionnement soumis à la Régie de l’énergie du Québec et dans les données de consommation présentées dans le rapport annuel 2008 de la société d’État), en majorant ses tarifs réservés aux utilisateurs de grande puissance de seulement 1 ¢ le kWh, le gouvernement du Québec pourrait aller chercher 706 millions de dollars additionnels par année.

Pensez-vous que d’augmenter le tarif d’électricité des grandes entreprises énergivores est une solution intéressante pour renflouer les coffres de l’État?

Event if this blog is in French, you may post your comments in English.

An external moderator manages this blog. A time delay may be experienced before your comment is posted.

21 Comments

  1. C’est quoi votre foutu problème de vouloir aller chercher dans les poches à tout le monde. J’en ai une façon d’aller chercher de l’argent on écœura pas les entreprises qui investissent des milliards, le pauvre peuple qui voit ses taxes et ses impôts monter sans compter que tous remonte autour de lui s’est assez. Pourquoi vous offrez pas de geler votre salaire vous messieurs les médecins spécialistes vous et je dis vous mais je pense a toute la gang de privilégiés qui travail avec des salaire trop élevé au gouvernement qui en redemande plus a chaque fois. Enlever donc la partie sécurité d’emplois. Tout ce qui est condition salarial comme les assurances salaire, médicament, dentiste, lunette et tout se qui s’en suit. On est tanné de se faire dire que l’on paye pas assez cher pour si et pour cela COUPER COUPER COUPER COUPER C’EST ÇA QUE L’ON VEUT ENTENDRE ET NON PRENDRE ET EST SATURÉ

    by kévin | Friday February 5th, 2010

  2. @ kévin Le Québec est dans le rouge : 4,7 milliards de déficits appréhendés pour l’année 2009-2010. Un gel global des salaires n’y changerait strictement rien. Il faut sabrer dans les dépenses, bien sûr, mais aussi trouver de nouvelles sources de financement. C’est ce que la FMSQ fait en publiant les quelques porpositions présentées sur ce site… Ce sont des propositions qui ne touchent pas l’ensemble des contribuables.

    Il est à noter que les médecins sont des travailleurs autonomes et non des fonctionnaires de l’État. Ils ne bénéficient d’aucune sécurité d’emploi ni d’aucun programme d’avantages sociaux (comme un fonds de pension). La source de revenus des médecins : la facturation pour les services rendus à la population, pour soigner. Pas de service, pas de facturation, pas de revenu.

    by FMSQ | Friday February 5th, 2010

  3. Si je suis la théorie de la personne qui a écrit avant moi, Il afut laisser les grandes entreprises consommer et ne pratiquement rien payer et continuer NOS comptes d’électricité. En fait, moi je ne travaille pas pour une de ces grosses multinationales qui donne à ses employés trop syndiqués des salaires élevés. Je ne fais pas partie non plus de ces gens qui ont le moyen de rénover leur belle grande maison selon les critères Novoclimat ou autres. Je suis une citoyenne moyenne de Montréal qui a un logement ordinaire qui coûte cher à chauffer et qui travaille fort pour sa paye. J’apprécierais donc que ces grands joueurs paient au moins le même tarif que moi pour leur électricité.

    by Guylaine | Friday February 5th, 2010

  4. Désolée de crever votre bulle mais dans notre société capitaliste, si les grosses compagnies paient l’électricité le même tarif que le citoyen normal, à qui croyez-vous qu’elles vont refiler la facture ces compagnies qui ne veulent que cumuler les profits ? A nous qui consommons leurs produits ! Les dollars qui ne sortent pas par la main gauche sortent par la main droite, c’est un cul de sac.

    Axons plutôt nos efforts sur les abuseurs de système comme dans l’octroi des contrats, etc. des milliers de dollars que nous payons en trop… et des escrocs à cravate…

    by Lise | Saturday February 6th, 2010

  5. Comme j’ai écrit, le gros problème se n’est pas les grosses entreprises qui payent pas assez cher mais plus tôt les dépenses qui sont trop élevées au gouvernement. Il ne faut pas tomber dans la facilité et encore faire payé ceux qui payent déjà trop cher mais faut faire des sacrifices. IL FAUT COUPER.

    by kévin | Monday February 8th, 2010

  6. vous voulez nous sauvez de l’argent , d’accord. voici une autre avenue , au lieu de faire la meme erreur avec le systeme de sante que celle que nous avons faite dans le systeme d’education investissons dans le temporaire pour faire passer le surplus de clients qu’occasionne le baby boom. louons des medecins cubains a $50000 us par annee comme le venuzuela ou permettons a ceux qui le veule d’aller se faire traiter dans les hopitaux 5 etoiles de la thailande. je crois qu’une etude de rentabilite a long terme s’impose.

    by tito lyn | Saturday February 13th, 2010

  7. Il ne faut pas oublier, en plus, que les entreprises et commerces soustraient les coûts d’électricité de leurs impôts. Donc, que paient-elles en bout de ligne ? Il faut aussi demander une révision de la fiscalité pour inciter à l’économie d’énergie et ainsi cesser de payer pour de nouvelles centrales (Gentilly, Romaine, et autres futures prévues). Si les dépenses en énergie des industries et commerces étaient moins déductibles des impôts, pour toutes les formes d’énergie, on y gagnerait aussi en protection de l’environnement.

    by Alain Saladzius | Sunday February 14th, 2010

  8. Le Québec dans le rouge tu parles!! Effectivement on est dans le rouge ! Mais c’est quoi votre foutu problème en disant que les médecins sont travailleurs autonome. Maudit que vous êtes niaiseus. On en manque des médecins ça donne une foutue assurance d’avoir de la job. De plus, à 200 000 $ /an je crois que vous êtes capables d’en prendre. Si vous voulez tellement payé plus c’est dans vos poches de riches que l’on devrait aller chercher. Si vous avez voulu être travailleur autonome afin d’être médecin assumer le c’est tout. C’est pas notre criss de problème!!!! Vos foutu de proposition garde le pour vous si vous y tenez tant. Vous être dans la classe supérieure ne l’oubliez pas!!!!!!! J’en ai une autre proposition pour vous. Un registre de ceux qui veulent payer plus pour le fun. Vous n’aurez qu’à inscrire votre nom.

    by Stéphane | Monday February 15th, 2010

  9. @ Stéphane Ce n’est pas en étant grossier que vous allez contribuer à faire avancer le débat…

    by FMSQ | Monday February 15th, 2010

  10. Il ne faut pas réduire ces ”taux préférentiels” au seul bénéfice des sociétés productrices le plus souvent de matières premières tel l’aluminium. Ces matériaux se retrouvent par la suite dans de nombreuses fabrications canadiennes comme l’automobile et plus particulièrement au Québec chez Bombardier, Bell hélicoptère et une multitude de fabricants nords-américains; il n’y a pas de frontières lorsque nous sommes en compétiion avec d’autres parties du monde qui sont encore davantage interventionnistes que nous le sommes présentement et dont les législations sont plus permissives. Le tissu industriel du Québec est peut-être énergivore, mais cette énergie est encore considérée verte et ce sont là des choix de Société, comme il le fût d’accorder à tous l’accessibilité à des soins de santé gratuits et de qualité.

    by Éric | Monday February 15th, 2010

  11. Vos idées destructrices vont faire fermer un tas d’entreprises. De plus, vos autres idées vont inévitablement faire augmenter le coût de la vie de l’ensemble des québécois. Rien ne se perd, rien ne se crée!

    by Alain | Tuesday February 16th, 2010

  12. @ Alain Nous avons pris soins de faire les vérifications appropriées afin que nos idées, qui ont le mérite d’aller chercher des revenus additionnels pour l’État, ne causent pas fermeture d’entreprises er ne pénalisent pas les ménages à faibles revenus. En tant que consommateur, vous avez toujours le choix d’acheter un sac de chips ou une bouteille d’eau… L’idée est de payer un léger supplément pour ces produits, une mesure privilégiée par plusieurs économistes pour augmenter les revenus de l’État sans nuire à l’économie. Plusieurs articles ont d’ailleurs été publiés sur le sujet récemment.

    by FMSQ | Tuesday February 16th, 2010

  13. @ FMSQ Vous chercher au mauvais endroit. Comme j’ai dit en haut le problème n’est le manque d’entrée d’argent mais belle et bien une trop grande dépense il faut couper dans tout les programmes inutile. Sa na pas de bon sens que le gouvernement donne plus de 5 million a la culture je ne dit pas de rien donner mais de mieux gérer pour en donner moins.

    by kévin | Wednesday February 17th, 2010

  14. Je trouve ça intellectuellement malhonnête de décrire la profession médicale comme étant comparable de celle de travailleurs autonomes comme les autres.

    Car, si c’était le cas, vous seriez soumis à la concurrence des marchés.

    Vous bénificiez de quotas d’entrée dans votre profession, vous n’etes donc pas soumis à la concurrence. Par exemple, parlons du nombre limité d’étudiants entrant dans les programmes universitaires, et du nombre limité des postes en milieu hospitalier. La structure des services de santé vous garantit une situation de pénurie, qui est à mon avis synonyme de sécurité d’emploi!

    De plus, votre profession est régie pas des lois qui vous garantissent l’exclusivité du champ d’activité professionelle. Les prix des actes médicaux sont codifiés par la RAMQ, vous n’etes donc pas soumis à la concurrence.

    Vous avez donc la sécurité d’emploi, je dirais même plus que les fonctionnaires. À moins que la population ne cesse d’avoir besoin de soins de santé du jour au lendemain.

    Pour chaque étudiant qui entre dans un programme de médecine, on en refuse 9 autres. Je suis sur que sur les 9, certains auraient plus de conscience sociale et accepterais de ne pas mettre sa rémunération personnelle au devant de l’interêt de la société québecoise.

    Je suis d’accord pour dire que l’excellement a un prix, mais si on compare le salaire d’un medecin à celui d’un chercheur en biologie génétique – je ne suis pas sur que la comparaison serait en votre faveur…

    Je trouve que ce débat est réducteur et fait mal paraitre les médecins… vous pouvez faire mieux!

    Vous êtes nos élites, commencez par mériter le prestige que la société vos accorde!

    by Sebastien | Saturday February 20th, 2010

  15. Pour la consommation électrique pour les industriels, il faut connaître les coûts de distribution versus les coûts facturés. Il en coûte beaucoup plus cher à fournir une résidence qu’une industrie et de plus l’industrie crée des emplois en ayant des coûts de production plus bas qu’en Ontario et qu’au États-Unis. Les coûts d’électricité demeurent présentement un des rares avantages du Québec pour garder notre productivité plus grande que nos voisins. Alors, avant de dire n’importe quoi, il faut posséder toutes les informations sur le dossier. Les citoyens devraient plus surveiller leurs politiciens actuels qui favorisent leurs amis dans l’attribution des contrats souvent à des coûts beaucoup plus élevé car le gouvernement actuel est financé par ces entreprises et ferment les yeux sur les coûts excédentaires. L’éthique et la droiture sont l’essence de la responsabilité et nous devons tous dénoncer et éxiger que les règles d’attribution soient suivies et que le contrôle de la justice soit donné à un autre instance qu’un gouvernement élu qui transgresse toutes ses propres règles pour favoriser leurs généreux donateurs.

    by Rémi Bergeron | Friday February 26th, 2010

  16. J’aime plus voir les grandes compagnies venir s’installer au Québec avec un prix ultra compétitif. 1. Nos salaires sont pus élévés que ceux du Mexique par exemple. Donc ca doit être avantageux pour eux de venir ici et 2. L’électricité, quoi que pas propore à 100% est de loin moins dommagable que le charbon utilisé dans les autres pays plus productifs à moins de coût et beaucoup plus polluante.

    by Benoit Laurin | Sunday February 28th, 2010

  17. Si vous taxez de 20 cents la bouteille, il y aura beaucoup moins de bouteilles de 500 ml vendues, alors il n’y aura jamais 200 millions de revenus.

    Aussi, la derniere fois que j’ai acheter de l’eau en bouteille, c’etait une boite de 30 bouteilles qui coutait (en special) 3 $… donc 10 cents la bouteille. 20 cents de taxe, c’est tripler le prix de chaque bouteille !!!

    Une boite de 24 (format plus standard) aurait 4,80 $ en taxes, et cette boite de 24 bouteilles se vend a prix regulier moins de 4$… augmenterais a pres de 10$….

    Ma conclusion, une taxe de 20 cents est ridicule si le but est de generer des revenus parce que la consomation serait reduite de beaucoup. Par contre, pour l’environement, ce serait bien.

    Puisque vous utilisez cet example pour proposer des sources de revenus supplementaires, ca me laisse croire que vous n’avez pas reflechis longtemps aux solutions possible, puisque celle-ci est non seulement ridicule, mais rapporterais beaucoup moins que 200 millions si on tiens compte de la reduction de consomation inevitable quand on double ou triple le prix d’une caisse de bouteilles.

    by Jonathan Corriveau | Tuesday March 2nd, 2010

  18. Ce n’est pas la solidarité entre les médecins spécialistes qui devrait servir comme force de négociation pour votre fédération mais plutôt le sens du partage et de la solidarité avec tous les travailleurs québéquois.

    Je comprends que vous compariez vos revenus avec d’autres provinces et d’autres pays et que cette comparaison vous mène à revendiquer plus de $$$$.

    Votre fédération devrait sevir à véhiculer votre sens du partage vu le haut niveau d’appréciation dont vous jouissez auprès de la population inconsciente de votre sens machiavélique de la pratique de la médcine.

    Les capacités intellectuelles de mémorisation ne devraient pas être le critère unique pour l”accès aux facultés de médecine comme c’est le cas actuellement mais on devrait y joindre d’autres critères plus nobles.

    Vous êtes l’élite d’une société qui réflète bien l ses valeurs $$$$$$$$$ …

    Je vous comprends car vous voulez sentir la reconnaissance du pauvre peuple dont vous êtes parfois issu et, comme les curés, qui soignaient nos pauvres âmes, vous songez mettre la main sur la dîme qu’on refuse maintenant de payer à l’Égise…

    Faut pas oublier que la peur de la souffrance physique ou morale aura encore une fois raison d’amener vos concitoyens à céder à vos presssions…

    À quand une médecine pour le bien de la population et non un iquement pour le bien $$$$$$$$$$ des médecins ??????

    by mario perron | Tuesday March 2nd, 2010

  19. Je suis totalement d’accord avec Jonathan Corriveau. À chaque fois que je vois votre publicité, je me dis qu’il ne faut pas être très futé pour comprendre qu’en augmentant le prix d’un bien du simple au triple, la demande va diminuer considérablement.

    Les gens se tourneront vers des biens de substitution, comme de la boisson gazeuse, jus, etc. car les coûts seront moindre.

    De plus, je trouve très mesquin de votre part d’essayer de nous faire avaler des absurdités, tandis que les inscriptions universitaires ont été gelées pendant des années. Les gens qui étudient en médecine le font à la base pour la passion. L’argent reste un incitatif comme pour tout emploi, mais au point d’en demander encore plus, j’ai beaucoup de misère avec ce concept, surtout que vous bénéficiez d’un taux d’imposition beaucoup plus bas qu’une personne gagnant un salaire comparable.

    Comme l’indique plusieurs personnes plus haut, vous jouez vos cartes, mais de manière à faire croire à la population que vous faites pitié. Malheureusement, les gens regardent toutes les taxes qu’ils payent et ne sont pas d’accord avec votre champs de bataille.

    P.S. Pour aller en ligne avec votre campagne mensongère, commencez donc par être représenté par une personne en bonne santé, au lieu du bonhomme carnaval avec un plat de bonbons à côté de lui. Vous auriez déjà dlair plus crédible

    by Dominic | Tuesday March 9th, 2010

  20. @ Dominic Aucune des mesures que nous proposons ne visent à majorer les prix pour les faire passer du simple au triple. Ni les mesures touchant l’eau embouteillée, ni celle ayant trait à la malbouffe. Nous avons tenus compte de l’élasticité de la demande pour élaborer ces modèles. L’élasticité de la demande consiste à identifier le point de rupture entre le prix d’un produit et la demande pour ce dernier, c’est-à-dire le moment où le consommateur cessera de consommer un produit si un prix devient trop élevé.

    Quant au taux d’imposition, sachez ceci : nous ne savons pas où vous avez bien pu dénicher pareille information puisque tous les travailleurs au Québec sont imposés selon leur échelle salariale et qu’il existe trois palliers d’imposition. Notez qu’un médecin est un travailleur autonome et, en ce sens, il ne bénéficie pas des avantages sociaux tels les fonds de pension, congés de maladie, etc.

    Nous vivons dans une économie de libre marché où l’offre et la demande et la mobilité de la main-d’œuvre sont des règles établies par les traités de libre échange. Le gouvernement du Québec vient de reconduire celle avec l’Ontario et vient d’en signer une nouvelle avec la France. Pas question de pitié ici mais de compétitivité. Les salaires et les conditions de travail doivent être concurrentiels si on veut retenir ici tous ceux qui y ont été formés. Pas seulement les médecins spécialistes, les autres professsionnels aussi.

    Pour ce qui est de vos commentaires concernant le président de la FMSQ, nous repasserons…

    by FMSQ | Tuesday March 9th, 2010

  21. Pour continuer sur mon commentaire précédent, plusieurs de vos sujets sont intéressants, mais je trouve cela dommage que vous êtes venus mêler votre négociation avec l’état, au lieu de vraiment vouloir faire avancer la société.

    Je crois que les gens ne sont pas dupes et cela vient ternir les propositions initiales.

    by Dominic | Tuesday March 9th, 2010

Sorry, the comment form is closed at this time.


 

You need to log in to vote

The blog owner requires users to be logged in to be able to vote for this post.

Alternatively, if you do not have an account yet you can create one here.

Powered by Vote It Up