Expertise has a price

Brought to you by the Fédération 
des médecins spécialistes du Québec

Blog

Sign-up
for our newsletter
Blog, Malbouffe   |   73 COMMENTS  |   Saturday January 30th, 2010

Tout le monde le sait maintenant, la malbouffe a un impact négatif sur la santé… Et les maladies cardiovasculaires, le diabète et l’obésité font de plus en plus de ravage dans nos sociétés. On vise ici un certain type d’aliments (croustilles, friandises, boissons gazeuses, etc.) et non des repas… L’idée de taxer la malbouffe vise un triple objectif : inciter les gens à modifier leurs habitudes alimentaires donc à manger mieux, prévenir l’apparition de maladies graves nécessitant des suivis médicaux récurrents et coûteux et réaliser des économies à long terme en matière de soins de santé. Effet, la création d’une taxe « prévention santé » de 15 % sur la malbouffe pourrait rapporter jusqu’à 350 millions de dollars par année dans les coffres du gouvernement.

Qu’en pensez-vous?

Event if this blog is in French, you may post your comments in English.

An external moderator manages this blog. A time delay may be experienced before your comment is posted.

73 Comments

  1. Je suis SUPER d’accord!

    by N. Jutras | Sunday January 31st, 2010

  2. Il y a longtemps qu’une telle action aurait dû être faite. Qu’attendent nos élus pour agir? Si on ne peut bannir ces produits, au moins qu’on les taxe et que cet argent serve à payer les soins de santé nécessaires pour ceux qui en ont trop bouffé!

    by P Rickler | Sunday January 31st, 2010

  3. Encore une autre taxe? Le fait que nous soyons parmis les plus taxés sur la planète ne semble pas avoir été pris en considération lorsque vous avez pensé à une idée aussi géniale!

    by Christan | Monday February 1st, 2010

  4. Encore une fois je suis d’accord: dommage à dire mais le comportement de l’homme moderne moyen ne peut être changé que si on s’en prend à son portefeuille. L’homme moderne est bête, prenons cela en considération quand vient le temps de l’ÉDUQUER.

    by E. Messier | Monday February 1st, 2010

  5. J’aime l’idée, pas nécessairement sur le plan d’amener des fonds supplémentaires dans les coffres du gouvernement dans ce cas spécifique. Comme Christian mentionne, nous sommes déjà beaucoup taxés… mais j’aime l’idée pour changer le “mal de place”. Genre baisser les impôts de façon à conserver les mêmes sources de revenus pour l’État par rapport au gain à obtenir de cette mesure. Au lieu que tout le monde paye pour ceux qui mangent mal… Il faut se dire qu’une saine alimentation a plusieurs effets positifs, non seulement pour les coûts du système de santé, mais nous sommes toujours plus productifs et éveillés quand on mange mieux.

    by Marc | Monday February 1st, 2010

  6. Voilà enfin quelqu’un (ou quelques uns) qui semblent avoir le courage d’en parler! Félicitations à la FMSQ pour leur initiuative, je trouve que cette proposition de taxer ces produits néfastes pour la santé est pleine de bon sens. Et de toute façon, il faudra bien renflouer les coffres d’une façon ou d’une autre, alors pourquoi ne pas faire payer ceux qui exagèrent et qui, à la fin, coûteront à tout le monde plus cher!

    by G. Tougas | Monday February 1st, 2010

  7. Je suis en faveur de ce genre de taxe.
    L’idée circule déjà aux États-Unis avec la “FAT TAX” qui vise à réduire la consommation de malbouffe. Plusieurs études le montrent: augmenter le prix d’un aliment cause la baisse de consommation de cet aliment.
    On estime ainsi qu’une taxe de 1 cent sur des breuvages sucrés peuvent réduire de 25% la consommation de ces breuvages.
    C’est dans la même optique que j’aurais tendance à approuver, au moins dans le principe, de soigner et re-soigner des gens, au frais de la collectivité, qui se rendent malades par un comportement à risque récidiviste, par exemple la cigarette. Et je dis cela même si j’ai été moi-même fumeur pendant de nombreuses années.

    by E. Messier | Monday February 1st, 2010

  8. Si on en juge par les commentaires, les Québecois sont bien facile à berner. Une taxe prévention santé, quelle bonne idée, mais lorsque l’on examine plus profondément cette proposition on est en droit de se poser des questions sur les motivations d’une association de professionnels qui propose des solutions de taxages tout en demandant des augmentations salariales importantes au gouvernement.

    Lorsque tout ceci nous est présenté sous l’idée que “l’expertise a un prix”, on est en droit de se demander quel est ce prix. Chose certaine, il sera élevé et c’est le contribuable, dont le salaire moyen n’est pas celui d’un médecin spécialiste, qui devra le payer.

    J’ai de la difficulté à comprendre comment un médecin spécialiste, formé au Québec où les coûts des études universitaires sont les moins élevés en amérique, puisse en arriver à la conclusion et même aller jusqu’à affimer que l’expertise (ou l’excellence) aurait un prix qu’il n’aurait pas eu à payer lorsqu’il a fait ses études universitaires mais que les contribuables auraient, eux, à payer!

    Lorsque l’on gagne $1500 à $2500 par semaine net après impôt, on est moins préoccupé par les nouvelles taxes, ce qui n’est pas le cas pour l’esclave économique moyen dont le salaire annuel ne cesse de diminuer pendant que celui des “riches” ne cesse d’augmenter.

    Pendant ce temps, les médias sont saturés de publicité de McDonald qui est commanditaire officiel des JEUX OLYMPIQUES D’HIVER DE VANCOUVER au cas où personne ne s’en serait apeçu!

    OUVREZ LES YEUX!!!

    by Christian | Monday February 1st, 2010

  9. @Christian Est-ce que nous comprenons que vous incluez dans votre commentaire toutes les personnes ayant complété des études universitaires au Québec? Que tous devraient accepter des conditions de travail inférieures à ce qui est offert ailleurs parce que ici le coût d’études est moindre?

    by FMSQ | Monday February 1st, 2010

  10. Je ne suis vraiment pas d’accord, je crois qu’il y a une fin à toute cette escalade, pour moi ça suffit on donne déjà trop d’argent à nos gouvernements et ceux-ci l’administre comme des adolescents. Assez c’est assez, toutes les raisons sont bonnes pour nous demander toujours plus d’argent….Avez-vous pensé à tout simplement nous demander d’endosser notre chèque de paye et de le retourner aux gouvernements.

    Allons-nous pouvoir dépenser l’argent durement gagné sans toujours avoir à justifier ou se sentir coupable des choix que nous faisons.

    Ce serait être bien dupe de penser que les gens qui consomment cette bouffe vont changer leurs habitudes. Les cigarettes sont taxées à outrance et les gens fument toujours Le vrai problème c’est la facilité d’accès (gratuité) à notre système de santé, pourquoi faire attention à notre santé quand on peut tout simplement se faire soigner sans aucun frais.

    Taxez l’eau autant que la liqueur et vous verrez le résultat. Il serait peut-être plus avantageux de taxer l’eau qui sort de la province.

    Au lieu de toujours nous demander de régler les problèmes d’argent de nos gouvernements, RENVERSEZ donc vos demandes et RESPONSABILISEZ nos gouvernements afin qu’ils administrent comme des gens responsables.

    by Lacasse Hélène | Tuesday February 2nd, 2010

  11. Depuis plusieurs années que j’entends des propos ou des discours sur cette polution. Je suis surpris que seulement aujourd’hui qu’on trouve un blogue sur le sujet.. Mes Félicitations!

    À mon avis, le Gouvernement autant du Fédéral que du Provenciel, ils en ont trop sur le dos.

    Je proposerais plutôt un sorte d’organisme paragouvernemental du genre Bouteilles sans frontière parrainé par les Nations-Unies avec tous les bugets qui s’imposent.. Je suis disponible à n’en faire partie. Il faut que ça soit un mouvement mondial avec des organisations par pays.

    by Roger | Tuesday February 2nd, 2010

  12. Oui oui oui, sur toute la ligne. Je suis d’accord avec toutes vos propositions.
    Et surtout, FÉLICITATIONS pour l’audace que vous avez. Ce genre d’action est très encourageant pour le citoyen. Et cela aura, sans aucun doute, des retombées positives et j’espère, créera un précédent dans d’autres actions que des groupes de citoyens pourraient entreprendre dans l’avenir.
    Sincèrement MERCI au nom de plusieurs.

    B. L. Montréal

    by benoit leblanc | Tuesday February 2nd, 2010

  13. Je suis tout a fait contre, car premièrement se n’est pas le fait d’augmenter le prix de la mal bouffe qui va changer le comportement des obèses. La plus grande preuve, même avec le prix élevé des cigarettes le taux le plus haut des fumeurs reste chez les plus pauvres et c’est loin d’être en régression.
    Deuxièmement on a pas besoins de plus de taxes, on paye déjà trop. Trouvez plus tôt le moyen de réduire les dépenses, comme le font plusieurs pays donnez la gestion des hôpitaux au privé vous allez voir que les dépenses inutiles vont être réduites et si vous voulez punir les personnes qui prennent pas soins de leur santé (obèse, fumeur, etc. ) faites les payer plus sur leurs rapports d’impôt et ceux qui n’en payent pas, ben ils en payeront. S’il ont les moyens de fumer qu’ils en payent les conséquences.

    by kévin | Wednesday February 3rd, 2010

  14. La grande difficulté de taxer la malbouffe est la définition même de la malbouffe. Il est assez évident qu’un sac de bonbons ou une tablette de chocolat sont dans la définition. Mais qu’en est-il si vous achetez dans un fast-food une salade vs un hamburger? Qu’en est-il quand vous achetez à l’épicerie de la viande hachée et des petits pains et que vous faites vos hamburgers à la maison?

    Sans compter de nombreuses barres muffins qui contiennent plus de sucres et de gras que certaines tablettes de chocolat, malgré leur apparence plus “santé”. Alors on taxe comment tout ca? Et au fond est-ce que l’objectif est davantage de revenus pour le gouvernement ou c’est un objectif de santé publique? La Fédération des médecins n’est pas claire là-dessus.

    Dernier commentaire: Pourquoi le Dr Barette se présente pas en politique tant qu’à y être. Qu’il aille au bout de ses convictions et on verra comment les électeurs évaluent ses propositions.

    by Christian O | Wednesday February 3rd, 2010

  15. @Christian O Tel qu’indiqué dans le prélude de ce blogue, « On vise ici un certain type d’aliments (croustilles, friandises, boissons gazeuses, etc.) et non des repas… »

    by FMSQ | Wednesday February 3rd, 2010

  16. OUI!
    Sans doute que ça ne changera pas les habitudes alimentaires, mais au moins on y repenserait 2 fois avant d’en acheter. Oui, c’est vrai qu’on est beaucoup taxés au Québec, mais il n’y a PERSONNE qui a besoin de chips, de bonbons et de boissons gazeuses pour vivre.

    by Joelle Morin | Wednesday February 3rd, 2010

  17. p.s. Il est aberrant qu’un litre de lait coûte au minimum 1,50$, alors que le 2L de coke en coûte 99 cents….

    by Joelle Morin | Wednesday February 3rd, 2010

  18. “Est-ce que nous comprenons que vous incluez dans votre commentaire toutes les personnes ayant complété des études universitaires au Québec? Que tous devraient accepter des conditions de travail inférieures à ce qui est offert ailleurs parce que ici le coût d’études est moindre?”

    Il n’est pas question de l’accepter ou pas, c’est un fait que tout le monde est moins bien payé au Québec, pourquoi y aurait-il une exception?

    Et surtout, mon commentaire est fait dans le contexte d’employés de l’état qui, parallelement à une campagne de publicité visant à faire taxer des produits de consommation, font des demandes d’augmentation salariales au gouvernement.

    Nous somme moins productifs et plus endettés au Québec, tout coûte aussi plus cher.

    Et lorsque l’on parle d’alimentation et de santé, personne ne parle du prix de la nourriiture qui a augmenté de manière importante et particulièrement au Québec ou le monopole canadien de l’alimentation — 3 compagnies = 75% du marché — décide de nous vendre tout à 10% plus cher.

    by Christian | Wednesday February 3rd, 2010

  19. Quelle hypocrisie!!! Se cacher derrière le faux prétexte de la vertu et de la promotion de la bonne nutrition (en taxant la mal bouffe) pour demander une hausse de taxe en vue d’une hausse de salaire pour les médecins spécialistes. Pourquoi ne pas demander une taxe supplémentaire sur les produits de luxe (tels que les véhicules énergivores et polluants). Poser la question, c’est y répondre… Je me suis toujours dit “Quand on parle pour ton bien, méfie toi’ Ce n’est pas mon bien que vous avez en tête, mais votre salaire. En passant, voici une autre bonne idée: demandons à tout les médecins ayant fait leurs études de médecine au Québec de rembourser la différence entre ce qu’ils ont payé ici et ce qu’ils auraient payé aux États-Unis… Je suis persuadé que cela ne vous a même pas effleuré l’esprit; pourtant, cela aurait une belle marque de sososo, solidarité!!! Faisons payer les autres. Comme tout les autres groupes de pression du Québec. Vous n’êtes pas mieux.

    Est-ce le serment d’Hippocrate ou d’hypocrite? En passant, laissons tomber les masques. Identifiez clairement votre association à ce site internet, si vous en avez le courage.

    by Phuilippe Guérin | Thursday February 4th, 2010

  20. @Phuilippe Guérin Le Québec est dans le rouge. Personne n’y gagne. Dans le contexte des finances publiques que nous connaissons, la FMSQ a réfléchi à ce que le gouvernement du Québec pourrait faire afin d’augmenter ses revenus. Ces propositions en découlent. On peut être en accord ou non avec celles-ci. Trouver d’autres alternatives. Proposer mieux. Peu importe. Il appartient aux Québécois et aux Québécoises d’en débattre et au gouvernement de prendre les décisions. C’est le propre de la démocratie. Depuis quand le droit de parole d’un citoyen devrait-il se limiter à la fonction qu’il occupe? Les médecins sont des citoyens à part entière et ils ont le plein droit de s’exprimer sur tous les sujets qui les intéressent, comme vous d’ailleurs. La FMSQ aura au moins fait œuvre utile en proposant un certain nombre de mesures, comme d’autres l’ont fait.

    by FMSQ | Thursday February 4th, 2010

  21. Utilisateur-payeur… je suis 100% en accord avec le concept dans ce cas-ci comme dans plusieurs autres d’ailleurs. C’est la même chose que les taxes particulières sur le tabac ou l’essence. Je m’interroge par contre comme Christian O quant à l’objectif visé par la Fédération des médecins spécialistes du Québec via cette publicité. Est-ce dans un le but de conscientiser la population à :
    1) nos problèmes de santé;
    2) nos problèmes de gestion en matière de finances provinciales;
    3) un manque d’initiative des élus à l’Assemblée Nationale;
    4) ou simplement pour prouver que le gouvernement pourrait mieux payer nos spécialistes?
    Dans le contexte, il est crucial que les sommes récoltés soient réinvesties pour favoriser la prévention et l’éducation des bienfaits d’une saine alimentation ainsi que pour les couvrir frais de santé occasionnés par la malbouffe.

    by Sylvain Martel | Thursday February 4th, 2010

  22. Encore plus que le manque d’objectivité, du manque de rigueur dans les sources utilisées, ou encore dans la justesse des idées proposées, la démarche en elle-même est ici LE problème majeur.

    Cher Administrateur du site, veuillez répondre à cette «ho plus complexe question qu’il n’y paraît», et que chaque lecteur ici présent y consacre quelques minutes de réflexions : Pourquoi la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) s’intéresse-t-elle donc à une taxe «malbouffe», ainsi qu’à toutes les autres idées avancées, si ce n’est que pour trouver une nouvelle source de financement de l’État québécois, argent qui ira financer l’augmentation salariale exigée dit membres de la FMSQ ?

    Voici une citation de Radio-Canada.[ http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/02/02/001-fmsq_charest.shtml ]
    « M. Barrette [Dr Gaétan Barrette, président de la FMSQ] a déclaré au quotidien Le Devoir que Québec ne peut se permettre d’offrir moins de 4 % par année aux spécialistes. «Autrement, je peux vous garantir que mes joueurs vont grimper dans les rideaux et se battre», a-t-il dit en prévision des négociations qui doivent s’ouvrir avec Québec dans environ deux mois. »

    Il est donc clair que la FMSQ tente ici de rallier la population du Québec au désir de trouver de nouvelles sources de financement.
    Et il découle de cette démarche deux problèmes.

    1- Est-il éthique que la FMSQ se transforme ainsi en groupe de pression envers la population afin que celle-ci face à son tour pression sur Québec ?
    «Vous voyez! Québec ne veux pas nous augmenter, mais c’est lui qui gère mal son argent! Nous, on a trouvé plein de sources de financement!» Gagner l’opinion publique, d’accord, c’est précieux. Mais les moyens utilisés pour y parvenir sont plus que discutable. À la place, j’aimerais beaucoup mieux vous voir jouer franc jeu et nous expliquer clairement pourquoi vous exigez ces augmentations et pourquoi Québec ne semble pas prêt à vous les accorder. La franchise finit toujours par payer.

    2- Est-il éthique que la FMSQ, en tant qu’ordre professionnel, face ainsi irruption dans la vie démocratique du Québec ?
    Qu’un individu membre d’un ordre professionnel prennent part au débat public en tant que CITOYEN (et ne se présentant donc pas comme étant membre de la FMSQ), aucun problème! J’encourage même le geste! Mais que la FMSQ, en tant qu’une fédération professionnelle du Québec, occupe ainsi le débat, ça me révolte! Les sujets traités ne sont aucunement reliés à leur expertise! Même la proposition concernant la malbouffe est approchée d’un angle purement économique, faisant fi de l’aspect plus «santé». Ils utilisent leur rôle «d’expert» (la fameux effet du sarrau blanc) afin de gagner en crédibilité, sur des sujets où pourtant ils en ont aucune.

    Finalement, je finis ma réflexion par me demander : Mais pourquoi voudrions-nous donner l’argent supplémentaire ainsi récolter pour une augmentation salariale des membres de la FMSQ. Après-tout, c’est NOTRE argent qui irait financer LEUR augmentation ? Pour moi, non merci… pas avec les techniques de persuasion qu’ils utilisent… Alors je vous en prie, réorientez le débat, et vite!

    - Simon, citoyen indigné

    by Simon | Thursday February 4th, 2010

  23. @Simon Le Québec est dans le rouge. Personne n’y gagne. Dans le contexte des finances publiques que nous connaissons, la FMSQ a réfléchi à ce que le gouvernement du Québec pourrait faire afin d’augmenter ses revenus. Oui, nous sortons des sentiers battus. Par choix. Et ces propositions en découlent. On peut être en accord ou non avec celles-ci. Trouver d’autres alternatives. Proposer mieux. Peu importe. Il appartient aux Québécois et aux Québécoises d’en débattre et au gouvernement de prendre les décisions. C’est le propre de la démocratie. La FMSQ aura au moins fait œuvre utile en proposant un certain nombre de mesures, comme d’autres l’ont fait.

    Oui, la question de la rémunération fait parti du portrait. Elle est parfaitement légitime, comme c’est le cas pour bien d’autres professionnels qui travaillent pour le secteur public. Les infirmières, les professeurs, etc.

    En terminant, quelques mots sur la question de l’éthique que vous soulevez. La FMSQ n’est pas un ordre professionnel. Elle est issue du regroupement des 35 associations de spécialistes qui oeuvrent dans les 35 spécialités médicales au Québec. À l’instar de la FIIQ, de l’AQESSS, de la CSN, de la FTQ et de toutes les autres organisations, nous sommes pleinement légitimés d’intervenir sur la place publique sur tous les sujets que nous considérons importants, qu’il s’agisse de santé, d’environnement ou d’économie.

    by FMSQ | Thursday February 4th, 2010

  24. taxer ces produit une deuxieme fois faut quand meme pas exagérer pis surtout la bouffe de restaurant! wow imaginez le désastre qu arriverait si tu vas chez mc donald tu achetes pour 10.00 de bouffe tu payes deja la taxe de 12.97 % sur le total pis en plus vous voudriez taxer en plus de 15 % ca serait la faillite de des restaurants combien de pertes d emplois

    toute la malbouffe est deja taxée a 12.97% alors taxer notre eau oui a fort prix je suis tres confident . que oui le monde surtout les compagnies Dasani du grand MONDIAL COCA COLA et les autres qui puisent notre eau a meme notre sol GRATOS devraient payer cher ce produit GRATOS le recyclage des bouteilles de plastique aussi oui pourquoi pas les taxer je suis pour oui

    au plaisir

    by mychel cournoyert | Thursday February 4th, 2010

  25. @Mychel Counoyert Tel qu’indiqué dans de ce blogue, « On vise ici un certain type d’aliments (croustilles, friandises, boissons gazeuses, etc.) et non des repas… »

    by FMSQ | Thursday February 4th, 2010

  26. Let’s see, representative of people making the most money from our taxes, proposing taxes so that we can afford their services… Is that about right? How about cutting the salary of specialists to be more in norm with European countries…

    by LOL | Friday February 5th, 2010

  27. @LOL Health systems in Europe and America differ in many ways. Therefore, any comparison can be very riskyit has to be done with similar health systems. Did you know that the remuneration of medical specialists in Quebec is the lowest in Canada? In fact, medical specialists here earn 40% less than elsewhere in Canada. For more information about this subject, please visit the Canadian Institute for Health Information website.

    by FMSQ | Friday February 5th, 2010

  28. Il est très clair en effet qu’avec cette campagne la FMSQ vise à faire la démonstration que le gouvernement aurait la marge de manoeuvre pour accéder aux demandes d’augmentations salariales de nos médecins spécialistes, pour le peu qu’il diversifie ses sources de revenus…

    Certaines de ses propositions ne tiennent tout simplement pas debout – comme l’idée d’exporter 10% de l’eau douce de nos cours d’eau – et témoignent bien du fait que les médecins de la FMSQ ne savent pas de quoi ils parlent dans un domaine bien différent du leur. D’autres propositions, comme celle-ci de taxe sur la malbouffe, passent presque pour un projet de santé publique, même si c’est bien loin de l’objectif réellement visé par la FMSQ qui se résume essentiellement à ceci : du cash, peu importe de quel source, plus de cash à mettre dans nos poches !

    En fait, j’accueille assez favorablement l’idée d’une taxe sur la malbouffe, qui aurait sans doute certains effets positifs. Là où mon opinion diffère de celle de la FMSQ, c’est que je peux penser à bien des choses à faire avec cet argent, bien avant qu’il ne me passe par la tête d’enrichir nos médecins spécialistes, ce qui n’aura aucun impact sur la qualité du service reçu par les contribuables.

    Je suis moi-même paramédic et infirmier et il va sans dire que je vais prêcher aussi pour ma paroisse et surtout pour les réalités que je connais. J’ai au moins la transparence de vous faire part de mon conflit d’intérêt ! Je pense surtout que la dépense devrait tout d’abord viser à améliorer nos services de santé, offrir une plus value au contribuable qui se rerouvera un jour ou l’autre un patient de notre système de santé. Le premier exemple qui me vient en tête pour dépenser de l’argent à bon escient, serait d’offrir des soins préhospitaliers avancés à la population du Québec – étrangement, ça se fait partout ailleurs en Amérique du Nord, mais il semble qu’on ait pas encore réussi à démontrer que ça vaille la peine de le faire au Québec : faut croire qu’on est une autre sorte d’humain ! On pourrait aussi penser à mettre plus d’infirmières sur le plancher pour réduire leur surcharge de travail et améliorer la qualité des soins, former plus de médecins et d’infirmières pour qu’on se sorte un jour de la pénurie… Avant de penser à augmenter le salaire des médecin, songeons à augmenter le salaire des infirmières, des paramédics, des professionnels en pénurie et dont les conditions de travail et les conditions salariales ne les incitent pas à rester dans le réseau. Les médecins travaillent certes aussi très forts et méritent les excellents salaires qu’ils ont déjà ! C’est quand la dernière fois que vous avez croisé un médecin qui voulait quitter la médecine parce que ça payait pas assez ?… Moi j’en ai pas encore trouvé. Pendant ce temps là des paramédics et des infirmières quittent le domaine tous les jours, épuisés et aigris.

    Alors augmenter le salaire des médecins spécialistes, pourquoi au juste ? Le seul argument valable pour soutenir que ça puisse être dans l’intérêt de la population, c’est l’idée de contrer l’exode des cerveaux (le brain drain), cette envie irrésistible qu’on les médecins spécialistes (de même que les infirmières d’ailleurs) comme plein d’autres main d’oeuvres hautement spécialisées de quitter le Québec parce qu’ils ont la possibilité de faire plus de cash ailleurs. Bien là-dessus, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous : la bonne c’est que la plupart des médecins spécialistes ne sont pas si malheureux que ça ici et qu’ils parlent français, alors ils ont beau chialer, ils ne s’expatrierons probablement jamais. La mauvaise nouvelle, c’est que même si on augmentait leur salaire ici, ils y aura toujours quelque part où le gazon est plus vert et où le salaire est meilleur et on perdra de toute façon ceux qui sont réellement prêts à s’expatrier à la recherche du plus gros salaire. Pour ceux là, on devrait peut être penser à un mécanisme pour leur réclamer de rembourser le coût de leurs études à rabais dans les universités québécoises !

    En espérant qu’un jour on aura un système de santé à la hauteur de ce qui se fait ailleurs dans le monde, et une fois qu’on se sera payé ça, on pourra peut être se payer le luxe de payer tous nos professionnels des salaires équivalents à ceux de nos voisins : pour l’instant, on est pas rendus là !

    N’oubliez pas que la FMSQ n’est pas là pour avoir à coeur l’intérêt de la population, mais bien le seul intérêt de ses membres. Il ne faut pas toujours croire ce que les docteurs vous disent !

    by Julien | Friday February 5th, 2010

  29. @Julien La FMSQ a décidé de proposer des solutions afin que le Québec sorte de l’impasse budgétaire dans lequel il se trouve, et ce, dans une perspective d’avancement collectif et non pour le seul bénéfice des médecins spécialistes.

    by FMSQ | Friday February 5th, 2010

  30. Idées:

    Idée #1 : Le sucre pur.
    “X” taxe sur le sucre raffiné (on n’a pas tant besoin de sucre que ceux qui vivaient au18e siècle).
    3″X” taxe (trois fois le tarif) lorsque le sucre se trouve
    - dans un produit emballé (au marché, dans une machine distributrice, etc)
    - dans une tasse de café.
    Pas de taxe sur miel, cassonade, le non-raffiné.

    Pourquoi ? Le sucre est souvent combiné avec plein d’autres choses pour faire des recettes pas si bonnes pour la santé.

    2. en plus de la taxe simple sur le sucre raffiné

    Idée #2 : La taxe non-linéaire dérivée par mulitplication.
    On la calcule en multipliant les 5 (ou 6, ou 7) quantités d’ingérdients dont on voudra faire baisser la consommation.

    E.g. quantité de sel par quantité de sucre par quantité de gras type X par nombre de calories
    du contenu de chaque aliment emballé
    = petite taxe sur bons aliments, et croissance exponentielle de la taxe sur les mauvais.
    Donc HamburgerLand paiera plus que VedgetibbleTown
    e.g. aliment A: 2 x 2 x 2 x 200 = 01600 donc taxe de 1,6 cents
    e.g. aliment B: 5 x 5 x 6 x 300 = 45000 donc taxe de 45 cents
    Tous ceux qui emballent des aliments auront à payer la taxe; microcommerces exonérés; avantage au marchands de fruits légumes.

    Ce genre de taxe existe déjà chez nous : les points d’inaptitude “démérite” — on paie plusieurs pénalités qui s’accumulent, en primes d’assurance privée et publique, selon ses points accumulés depuis les 24 mois précédents.

    note: taxe non-linéaire est possible partout ailleurs, p.e. sur les véhicules :
    = petite taxe sur petits véhicules, et croissance exponentielle de la taxe sur les plus grands
    cylindrée x poids x longueur x largeur x hauteur

    3. en plus de la taxe non-linéaire sur les aliments emballés,

    Idée #3: Consigne emballage – tous les contenants, cartons, plastiques, contenants, etc.
    et il faut prévoir donner une marge, un pourcentage, à ceux qui ouvrent des postes de recyclage (c’est une carotte pas un bâton). Plus on augmente ceci, plus on fait tourner l’économie du recyclage.

    Actuellement il y a plein de détaillants qui ne voient pas pourquoi ils devrait reprendre les cannettes et bouteilles vides.
    Plus on fait tourner ce système de consignation, plus il faut prévoir un incitatif rentable à ceux qui supportent la charge (organisateurs d’événements, dépanneurs au centreville, etc.)
    En 2012, les détaillants se verront accorder deux fois plus d’argent pour chaque caisse de 24 bouteilles de bière — c’est déjà négocié et signé. Ça arrive.

    Maintenant, il faut élargir ce système à tous les autres contenants.
    Ça donnerait plus de vie aux “scavengers” mais ceci n’est pas grave.
    Faut prévoir plus de poubelles qui font distinguer entre les types de choses qu’on jète.
    Et faire des poubelles qui vous rendent de l’argent si vous voulez le réclamer.

    Merci aux décideurs qui ont ouvert ce site et ont fait de la pub provocatrice.

    À la longue vous ne vous ferez pas rémunérer davantage, à mon avis, mais ce n’est pas grave.
    Votre emploi du temps sera plus intéressant, et ça, ça vaut de l’or.
    Les gens n’auront plus ces maladies de stupides.
    Vous aurez plus à gérer la santé à grande échelle que de vous pencher sur les cas de gens qui se sont laissés aller pendant toute la vie.

    -dr

    by Davidrol | Friday February 5th, 2010

  31. OK, je vais regarder cet aspect, with an open mind.

    by Davidrol | Friday February 5th, 2010

  32. J’ai vu les publicités et j’ai été intriguée. J’ai lu ce blogue car j’ai constaté que les médecins spécialistes étaient derrière cette campagne. J’ai lu ce blogue car il avait plus de commentaires que les autres. Je me sens comme une québécoise mutante! J’ai donc décidé d’écrire sur ce blogue car je suis apeurée par ce que je lis, moi, une professionnelle sous payée pour les responsabilités que j’assume.

    Je suis entièrement pour une société solidaire mais là ce que je lis ressemble plus à un Québec né pour un p’tit pain et qui nivelle vers le bas. J’ai peur! Nous sommes tous si bons samaritains les québécois… Nous laissons des industries faire des profits énormes au dépend de la santé des gens et de l’environnement, mais disons à ces industries de ne pas s’en faire, nous gentils citoyens, nous payerons encore et toujours pour les pots cassés. Nous sommes si bons! Nous laissons notre gouvernement remplir les poches de magouilleurs dans le domaine de la construction, nous rouspétons et espérons tout bonnement que cela change. Nous sommes si pacifistes! Mais quand vient le temps de payer les gens plus éduqués de notre société, que disons-nous? Rembourser vos études les bébés gâtés! Oh oui j’ai peur, très peur… Le jour où nous payerons les infirmières, les enseignants comme se doit, j’en rêve, le jour où le Québec exigera des éducatrices en milieu de garde une éducation universitaire et que les candidates puissent y voir là un trois ans d’efforts qui sera bien rémunéré, qu’elles et nos tout-petits en ressortent tous deux gagnants, super. Win-win. Alors les médecins veulent gagner? Ça dérange? Qui perd? Nous, professionnels à hautes responsabilités, faisons tous de même!!! Bienvenu le progrès, l’évolution, vouloir plus que notre petit pain.

    by Isabelle Sanchez | Saturday February 6th, 2010

  33. Encore le citoyen qui va payer pas les compagnies

    à quelle place il y a le plus de payeurs, citoyens ou compagnies ?

    Le citoyen qu’est ce qu’il a comme déduction à part son REER quand il est capable de s’en payer un

    Compagnies les déduction: publicité, commandite, frais de représentations etc

    Tout cela pour aider des petits groupes de pressions pas l’ensemble des gens

    by Jesuis Anonyme | Monday February 8th, 2010

  34. je pense qu’il faudrait commencer par éduquer la population…et tout comme chez nos cousins les français réduire les portions disponibles dans les fast food…parce que à prix égal le mac poulet chez mac do ici est deux fois plus gros que celui vendu à paris…

    by jeunesse | Monday February 8th, 2010

  35. Je suis entièrement d’accord avec toutes vos propositions. Ma conjointe et moi ne faisons malheureusement pas parti de la classe économique riche mais je considère que toutes vos idées valent la peine.
    C’est ennuyeux de toujours avoir des gens pour chialer ou encore pour jeter le blâme sur d’autres. Les produits de luxe et de malbouffe devraient être taxé depuis longtemps.
    Sur le sujet de l’eau, une dame disait qu’elle n’achèterait pas une caisse d’eau en raison de la taxe qui s’élèverait à 13 $ et je dis tant mieux. En bout de ligne… moins d’énergie pour produire, moins d’énergie pour transporter et moins de risque d’avoir 2-3 bouteilles au dépotoir.
    Et pour la malbouffe, je dis tant mieux ! On arrête pas de vouloir tout contrôler, d’enlever les poutines des arénas et de vouloir transporter les écoles par hélicoptère dans une forêt amazonienne pour que nos jeunes ne puissent pas manger une poutine sur l’heure du dîner au lieu de prendre nos responsabilités et de leur enseigner comment s’alimenter comme il le faut.
    Suis-je d’accord avec toutes ces taxes ? Oui… est-ce que j’arrêterais d’en consommer ? Non … mais je le ferais plus modérément.
    Pour ce qui est d’être parmi les plus taxé ! Who care ? Tant que les services viennent avec. Il faut que la richesse soit redistribué. Investir plus d’argent dans les programmes sociaux, dans les logements sociaux, dans les organismes communautaires, dans le programme de prêt et bourse, etc. Tous des points auxquels nous devons penser pour l’avenir.
    A mon sens, Oui, cette taxe devrait exister. Parce que oui… c’est chiant d’avoir à payer pour un système de santé qui s’occupe de plus en plus de cas causé par la malbouffe.
    Je ne comprends juste pas le non sens avec le fait de refuser de payer 0.20 $ de plus pour une maudite poutine…. quand une grande partie de la population est prêt à payer en moyenne 6 $ par semaine de 6/49 pour rêver toute leur vie de gagner …. mais non, on ne paieras pas 0.20 $

    by Marc-André G | Tuesday February 9th, 2010

  36. Je suis en faveur d’une telle taxe, à condition que les revenus ainsi récoltés soient réinvestis dans la prévention des maladies chroniques par l’éducation aux enfants dans les écoles primaires et secondaires. Si nous voulons réduire les coûts du système de santé, il faut investir dans la prévention et la saine alimentation. Il faut arrêter de voir à court terme, un jour il faudra qu’un gouvernement voit le long terme s’il a réellement la santé des Québécois à coeur.

    Aussi, pourquoi ne pas plutôt réfléchir à un coût d’aliment proportionnel à sa valeur énergétique (plus il est calorique, plus il est dispendieux) et inversement proportionnel à sa valeur nutritive (moins il y a d’éléments nutritifs tels le calcium ou le fer, plus il est dispendieux).

    by Tracy | Tuesday February 9th, 2010

  37. Bravo pour votre initiative et la pertinence de votre requête. Vous revendiquez de meilleurs salaires pour que l’on évite de perdre les nouveaux spécialistes qui nous quittent parce que c’est plus avantageux pour eux ailleurs et en même temps vous proposez des solutions. Vous avez fait des recherches avant de proposer des solution et le résultat est loin d’être loufoque.

    by Myriam | Tuesday February 9th, 2010

  38. vous voulez nous sauvez de l’argent , d’accord. voici une autre avenue , au lieu de faire la meme erreur avec le systeme de sante que celle que nous avons faite dans le systeme d’education investissons dans le temporaire pour faire passer le surplus de clients qu’occasionne le baby boom. louons des medecins cubains a $50000 us par annee comme le venuzuela ou permettons a ceux qui le veule d’aller se faire traiter dans les hopitaux 5 etoiles de la thailande. je crois qu’une etude de rentabilite a long terme s’impose.

    by tito lyn | Saturday February 13th, 2010

  39. Taxe sur la Malbouffe

    Désaccord cela va servir pour augmenter le salaire des médeciens spécialistes .

    Et le bon Charest va encore plus voyager …..

    Nous payons assez , le Gouvernement Charest semble incapable de gouverner , que Charest demande d’autre élection …..

    Tout va mal au Québec donc il faut le PQ. la récréation de Charest est terminé il faut des élections pour le début de juin 2010 c’est urgent ! STAT…..

    by fleury michel | Tuesday February 16th, 2010

  40. @ Fleury Michel La FMSQ a décidé de proposer des solutions afin que le Québec sorte de l’impasse budgétaire dans lequel il se trouve, et ce, dans une perspective d’avancement collectif et non pour le seul bénéfice des médecins spécialistes.

    by FMSQ | Tuesday February 16th, 2010

  41. Il faut completement enrayer le fast food des habitudes alimentaires Canadiennes.

    by Andrew | Wednesday February 17th, 2010

  42. @ Fleury Michel faut pas oublier que le pq était la avant les libéraux et ils n’ont pas plus fait grand chose. Sa ne date pas d’hier que le québec s’en va dans le murs

    by kévin | Wednesday February 17th, 2010

  43. Je ne vous comprend pas… taxer la malbouffe, bientôt obliger le casque a vélo, habillé nos enfants en monsieur michelin lorsqu’ils font du vélo, immerger la province de photo radar…. on s’en va ou? Aye les médecins, effectivement je pense que vous n’êtes pas assez payé par rapport à d’autres professions au Qc. mais vos pubs pour aller chercher de l’argent pour payer vos salaires cé poussé un peu fort, On pourrait pas à la place mieux gérer les hôpitaux???? et débloquer ainsi de l’argent.

    by Un payeur de taxe | Thursday February 18th, 2010

  44. Bonjour québécois, j’ai lu et signé la majorité des pétitions sauf celle-ci, car je crois qu’il y a plusieurs difficultées particulières dans l’application d’une taxe aussi précise. je suis étudiant en économique à l’université et j’ai appris que plus une taxe est précise (produits précis, grandes possibilités de substitution) plus la taxe sera coûteuse et difficile à appliquer. En effet, je crois que cette taxe ne fera qu’inciter les gens à consommer d’autres produits tout aussi mauvais pour la santé. Les revenus générer par la taxe (environ 50 millions) ne sont pas suffisant pour justifier cette taxe.

    J’approuve totalement l’initiative de l’association des médecins et je méprise les québécois qui disent que les médecins prennent cette mesure pour en mettre plus dans leurs poches. Nos médecins sont sous payés et à cause de cela ils vont exercer ailleurs. NOUS AVONS BESOIN D’EUX ICI AU QUÉBEC! Le Québec est riche dans tous les domaines, nous devons en profiter et cesser de penser que tout devrait être gratuit. SOYONS RÉALISTE!

    by Christophe Drouin | Friday February 19th, 2010

  45. une taxe sur la calorie. Ça ratisse large.

    une taxe sur les autres vecteurs que l’on voudrait réduire. Ça incite au changement. C’est l’effet voulu.

    by Davidrol | Friday February 19th, 2010

  46. C’est bien beau vouloir de l’argent pour augmenter les salaires et aider le Québec mais à long terme il me semblerait plus judicieux d’utiliser les revenus de ces fameuses taxes pour instaurer une sorte de système de rabais sur les fruits et légumes (ou tout autre produit santé). C’est ÇA qui ferait changer les habitudes des Québecois. Les obèses seraient sans doute beaucoup moins nombreux et le système de santé ne pourrait que mieux se porter.

    C’est pas possible de faire ça ?

    by Jessica | Saturday February 20th, 2010

  47. taxer la malbouffe, belle solution you hou. ça tient pas debout votre affaire. on peut tu réduire les dépenses. Moi je plains pas les salaires dans les 6 chiffres. si vous êtes pas content, il vous reste le bénévolat en haiti. on crèvera au québec, y nous restera juste l’espoir de rester en vie parce qu’un spécialiste grassouillet aura préféré se prélasser au bord de sa piscine chauffée. aller vous ressourcer en afrique pour voir à quoi ça rime la vie

    by francois lehouillier | Sunday February 21st, 2010

  48. il faut responsabiliser nos comportements, pas taxer pour justifier vos salaires. Je n’ai pas d’oreilles pour ceux qui n’en méritent pas, faites votre travail. Je fais le mien, du mieux que je peux. La vrai question, c’est êtes vous heureux. Si oui, comptez vous bien chanceux, pis sacrez nous patience. Au Québec, taxer la malbouffe, c’est comme sanctionner l’incompétence, ça se peut juste pas. Snif snif pour la FMSQ. Incroyable quand on pense que votre richesse vient de notre patrimoine.

    by francois lehouillier | Sunday February 21st, 2010

  49. Ca fait longtemps que je voulais venir voir ce site et je suis très décue de voir qu’il est pour la cause des médecins spécialiste.

    La taxe sur la malbouffe c’est ridicule. nous sommes surtaxé au québec…

    à tout ceux qui trouve que c’est une bonne idée.. pourquoi au lieux de taxé la malbouffe on enlève tout simplement les taxe sur les produit santé, ou sur les appareils sportifs,

    le seul but de ce site est de trouver de nouvelle facons de vous taxé pour injecter encore plus d’argent dans la santé, ce gouffre qui prend 40% de l’économie québecoise…

    vive la privatisation.. on est rendu la les amis….

    by Dominic Lamontagne | Monday February 22nd, 2010

  50. Vous ne trouvez pas que nous sommes assez taxé au Québec?? La solution aux problème des finances publiques est de sabrer dans les dépenses, incluant les dépenses en santé. Votre folle idée taxerait une personne mince qui achète un big mac mais ne taxerait pas une personne obèse qui achète une douzaine de croissants ou 2 steaks. Absurde, non?

    Vous êtes peut-être de bons médecins, mais laissez la politique fiscale aux autres et de grâce ça suffit avec votre propagande anti-gouvernementale.

    by Paul Gendron | Monday February 22nd, 2010

  51. Incroyable!

    Je viens de voir une pub où une baby-boomer BCBG se déclare “allumée” par l’idée que notre gouvernement décrète une taxe sur les bonbons, les chips et la liqueur et d’autres friandises consommées lors de fêtes d’enfants!

    L’impression qui en reste, c’est que les plus vieux et mieux nantis réclament une taxe sur l’enfance!

    À ce que je sache, ce sont les personnes les plus défavorisées qui s’alimentent moins bien, non?
    Dans les années 70, la gauche scandait “faisons payer les riches!”

    Dans un grand élan de démocratisation, nous dirons maintenant: “faisons payer les pauvres… et pourquoi pas, nos enfants aussi!”

    La nouvelle conscience citoyenne en est rendue à réclamer de nouvelles taxes! Que nous sommes loin de la prise en charge de la santé, de la croissance globale et de l’autonomie intellectuelle!

    Michel Pruneau
    http://www3.sympatico.ca/dragon.com/

    by Michel Pruneau | Monday February 22nd, 2010

  52. Mais quelle stupidité…. Et en plus vous donnez comme argument que cela va remplir les coffres du Québec… Vous devriez peut-être reconsidérer vos idée de “commercialisation”. Votre annonce est une insulte au publique québécois.

    by Isael Harvey | Tuesday February 23rd, 2010

  53. Après la vaccination de la gripe saisonière H1N1, vous voilà maintenant à faire de la propagande au niveau de la malbouffe….garder donc ces sous pour réduire les cotisations à l,ordre des médecins spécialises et ainsi réduire les dépenses de nos médecins qui se sentent sous payés…..

    Traiter les patientes avec dignités et respects lorsqu’ils ont besoin….arrêter de faire attendre les gens maladent dont leur cas s’empire et obligent de plus grand soin médicaux…..

    Gaspiller donc vos énergies pour régler les vrais problèmes dans la santé et non pour faire de la propagade de cette sorte…..Vous ne trouvez pas que nous sommes assez taxé et que le québec n’est pas assez impliqué dans nos choix de vie…..Nous sommes tous au courant des valeurs nutrituve des aliments, il y a boucoup d’outil permettant de s’informer…..Pourquoi en faire encore plus et être encore plus un Québec protectionniste…..

    Il y a pleins d’autres endroit s où le gouvernement peu réduire des coûts avant de TAXER ENCORE UNE FOIS LA CLASSE MOYENNES ET LES PLUS DÉMUNIS……

    by Propagande médicale | Tuesday February 23rd, 2010

  54. Bravo pour votre initiative (les publicités) qui permet un débat sur les enjeux de notre société, Christiane Charrette devrait comprendre pourquoi Alain Dubuc est contre cette initiative, Dubuc travaille pour une grande corporation et il défend les intérêts des compagnies qui peuvent être touchés par une politique sur la malbouffe ou les bouteilles d’eau. On devrait également vendre nos arbres de la forêt Boréale aux compagnies forstière.

    Merci pour votre implication sociale, vous représentez très bien la population du Québec.

    by Daniel Morissette | Tuesday February 23rd, 2010

  55. Si on veut sauver de l’argent, il y aurait de bonnes remises en question à faire au sujet de la façon dont sont accordés les subventions et plutôt récompenser ceux qui ont économisé au lieu de les pénaliser.

    En matière de santé, axer sur la prévention et s’occuper de réduire les abus de médicaments, de tests etc. Encourager ceux qui s’occupent de leur santé en leur donnant une ristourne de 5% par année cumulatif sur leur assurance maladie plutôt que d’encourager l’augmentation de la prise de médicaments comme ça se pratique présentement. Le mode de vie crée la maladie et les médicaments l’alimentent
    Couper sur les soins répétitifs dus à un manque de vigilance de la part du patient forcerait la responsabilisation tout comme les points de démérites à la SAAQ. Nous sommes chacun responsables de notre santé et des choix que nous faisons pour la conserver et ce ne devrait pas appartenir à la société de payer pour nos abus.

    Pourquoi ne pas tenter de récompenser les bons comportements (ex. les points Air Miles) Les gens semblent sensibles aux bonus.

    by Louise | Tuesday February 23rd, 2010

  56. Taxer la malbouffe, encore un moyen de taxer les pauvres. ceux qui mangent le plus mal sont ceux qui ont le moins d’argent. Un litre de boisson gazeuse d’une marque maison coûte moins cher qu’un litre de lait. Un sac de chips moins cher que des collations santé. Le réel problème de la malbouffe et des ses effets sur la santé sont des problèmes encore trop souvent liés à la pauvreté.
    Si nos gouvernements choississaient de lutter efficacement contre la pauvreté en augmentant le salaire minimum (et par conséquent le nombre de personnes qui cotiseraient aux différentes mesures de taxation) plusieurs personnes s’alimenteraient surement mieux sans besoin de surtaxer certains produits. Je serais d’accord cependant à surtaxer les produits de luxe : voitures, meubles, appareils électroniques, qui excèdent un certain minimum.
    Arrêtons de chercher des mesures qui s’attaquent aux symptômes au lieu de traiter la cause. En tant que médecins vous devez¸ être à même de comprendre ce principe.

    by Marie | Thursday February 25th, 2010

  57. C’est triste de voir que les gens sont mal informés, ou de mauvaise foi. Comment peut-on être contre une telle taxe ? Et dire que taxer les bonbons ça revient à taxer l’enfance ? La malbouffe rend malade, et ce sont ceux qui en mangent le plus cotisent le moins au régime public. Il faut la taxer, un point c’est tout. C’est un luxe, une gâterie, donc ça devrait être davantage taxé. Je proposerais, en contrepartie, d’enlever les taxes sur tous les produits d’hygiène corporelle essentiels (savon, serviettes hygiéniques, shampooing, brosses à dents), les préservatifs… Je n’ai jamais compris pourquoi on les taxait!

    Et peu importe qui suggère les solutions qu’on voit sur ce site! Québec solidaire en propose de semblables, et de nombreux pays ont fait la preuve que de telles mesures sont bénéfiques.

    Mon oncle est psychiatre, il a 72 ans et il travaille toujours. Avec coeur. Le salaire qu’on lui donne, évidemment, ferait rougir d’envie n’importe quelle serveuse ou n’importe quel laveur de vitres. Mais je vous verrais bien, vous, à passer vos journées à aider des gens en détresse totale! C’est vrai qu’ils ont des études à rabais, et que pour cela, on peut dire qu’ils ont une “dette” envers la société québécoise, mais ça ne devrait pas nous empêcher pas de leur donner des salaires à la hauteur de leur sacrifice et de leur talent! Et ceux qui trouvent que j’exagère avec “sacrifice”, ben devenez donc médecin, tiens!

    Bravo pour les solutions. Ce ne sont pas des idées neuves, ça fait des années qu’on en débat dans les écoles et les universités, mais on dirait qu’au Québec, la communication ne passe pas, ni au sein de la population, ni entre la population et les élus. Dès qu’on veut changer quelque chose, même si c’est changer pour mieux, on se fait traiter de chialeux paresseux. C’est comme de la projection à grande échelle.

    Donc bravo pour les solutions proposées! Espérons qu’elles seront adoptées, que les médecins seront contents, que les familles monoparentales pourront toujours envoyer leurs enfants à l’université en 2020, et que les multinationales ne feront plus la loi (ou ne violeront plus les lois impunément) sur notre territoire. On a du pain sur la planche!

    by Lucie | Thursday February 25th, 2010

  58. @ Lucie

    Sur le sujet du “Sacrifice” des medecins, j’aimerais bien inverser la question. Les medecins peuvent-ils s’imaginer de travailler des quarts de 12 heures dans une manufacture a repeter 850 fois par heure le meme mouvement, dans un environnement bruyant, depourvu de toute stimulation intellectuelle (essayez de fixer une horloge avec des bouchons dans les oreilles pendant 12 heures) pendant qu’un programme de gestion industrielle surveille en temps reel leur rendement ? Ne serait-ce pas la un “sacrifice” que ces travailleurs font pour que des gens beaucoup plus nantis qu’eux puissent jouir de produits de luxe qu’eux-memes ne pourraient meme pas rever de se payer un jour ?

    Je suis sincerement tanne de voir les medecins mis sur un piedestal. Il est grand temps de realiser qu’ils ne sont qu’un rayon qui forme la roue de la societe.

    by Le Bazz | Monday March 1st, 2010

  59. Comme d’autres l’ont déjà dit, l’idée est théoriquement bonne mais qui payera la facture au bout de la ligne ? Les compagnies ? Permettez moi d’en douter…

    by Josianne Aucoin | Tuesday March 2nd, 2010

  60. Ça ne va plus! Je pense que vous tombez dans une certaine facilité sans vraiment penser à ce que vous dites. Qui consomme le plus de malbouffe? Les moins bien nantis et les moins bien scolarisés. Pourquoi? Parce que ces aliments donnent une sensation de satiété pour pas cher, parce qu’il faut savoir cuisiner pour bien manger, parce qu’il faut être informé pour savoir que la malbouffe est mauvaise pour la santé et que la publicité dit tout le contraire, parce que la malbouffe, c’est du plaisir instantané et pas cher, pour ceux qui n’ont pas les moyens de passer une journée au Mont Tremblant… Vous direz que j’exagère. Vous avez raison. Mais c’est plus fort que moi. Vous proposez du financement en pigeant encore dans les porte-feuilles des plus pauvres, des plus démunis et des moins en santé. Et VOUS êtes des travailleurs de la santé! Retournez faire vos devoirs et trouvez des solutions innovatrices et préventives. Si vos motivations pour être médecins et spécialistes sont le gros salaire et surtout un aussi gros salaire que le voisin, AVANT la santé de vos patients, vous me désolez profondément.

    by Renée | Tuesday March 2nd, 2010

  61. Je suis d’accord avec le principe du fait qu’il faut taxer la mal-bouffe. Sauf que,
    On s’entend pour dire que règle général (il y a des exceptions) qui mangent de la mal-bouffe? Ce sont les gens a faible revenu. Donc c’est encore le petit qui va payé supposons que le taxe sur un repas mal-bouffe soit de 2$, celui qui est aisé, voire riche, 2$ c’est pas un problème, par contre, pour quelqu’un qui travaille au salaire minimum et n’a pas les moyen de bien mangé, parce que bien mangé, soyons honnête coute plus cher, un montant de 2$ va lui nuire pour le reste de ses dépenses.

    Vous allez me dire qu’il n’y a personne qui le force a aller mange ce genre de bouffe. Sauf que pour bien de ces gens cette mal-bouffe est ce qui leurs conviens le mieux pour leur budget

    by Serge McKay | Thursday March 4th, 2010

  62. @ Serge McKay Tel qu’indiqué dans le prélude de ce blogue, « On vise ici un certain type d’aliments (croustilles, friandises, boissons gazeuses, etc.) et non des repas… »

    by editor1 | Thursday March 4th, 2010

  63. Je suis d’accord avec le fait de taxer la mal-bouffe. Comme la cigarette, la mal-bouffe a des consequences collectives vu que le systeme de sante est publique au Quebec.

    Il est normal de taxer la mal-bouffe, d’une part pour réduire la consommation de mal-bouffe, et d’autre part pour financer les conséquences financieres de la mal-bouffe (augmentation des couts en sante).

    Je suis tout a fait d’accord avec cette taxe, si l’argent preleve par cette taxe sert au systeme de sante. Toutefois, je crois qu’une telle taxe devrait aussi servir a abaisser les coûts de la nourriture santé pour la rentre plus abordable.

    ……J’ajouterais meme que je serais aussi favorable pour taxer les grandes chaines de fast-food, car elles sont en partie responsable de la mauvaise santé des québécois, et donc, de nos couts de santé……

    by Hugu Valcourt | Saturday March 6th, 2010

  64. Je suis vraiment contre l’idée de taxer la malbouffe. Etant propiétaire d’un dépanneur, plus de 50% de mon inventaire est constitué de produits que vous considèrez être de la mal-bouffe. Comment allons-nous réussir a joindre les deux bouts si vous nous enlevez notre clientèle en leur imposant une taxe de 15% sur ce qu’ils désirent manger.
    Ce n’est pas parce qu’un famille décide de manger des chips en jouant au monopoly que tous les membres de celle-ci devriendront obèses…c’est assez la dictature…est-ce que les gens ne sont pas assez intelligents pour savoir ce qui est bon pour eux et a quelle fréquence ils veulent en consommer. EN VOULANT TOUT CONTRÔLER…vous mettez la situation financière des petites entreprises comme la mienne en PÉRIL…j”ai 6 employés sur mon payroll…comment vais-je les payer si je ne vend plus rien parce que les taxes sont trop élevées!!

    by Josée Leroux | Saturday March 6th, 2010

  65. L’idée est bonne, mais je pense qu’en temps qu’état qui veut offrir des soins de santé gratuits il faudra faire des choix. Les salaires des médecins sont indécents, mais il s’agit pas seulement des médecins. Le vrai problème est dans l’effondrement de notre économie et l’endettement record qu’atteindront les québecois bientôt.

    Alors au grands maux les grands remèdes pourquoi ne pas tout simplement créer une super taxe contractuelle (Tu veux les études supérieures, tu signe le papier ou ben va faire tes études ailleurs parasite) pour les universitaires qui veulent s’expatrier et les forcer à payer un montant important s’ils veulent partir. De cette façon, on pourra réduire le salaire des spécialistes et ils ne pourront pas s’exoder. Du style, tu veux déménager, sa va te couter un million. Tu fais sa pas juste pour les médecins. De cette façon tu garde tes cerveaux et tu n’a pas à les payer un prix déraisonnable.

    On a pas a payer pour former des gens qui décideront de partir, on est pas si riche.

    Le québec est dans le rouge et tout le monde doit s’y attaquer.

    by Xavier Corriveau | Monday March 8th, 2010

  66. Depuis un certain temps, le gouvernement a décidé de s’attaquer aux fumeurs et aux coûts reliés à la mauvaise santé de ceux-ci. Ainsi, les taxes ont été augmentées drastiquement sur les cigarettes depuis les 15 dernières années. De cette façon les fumeurs contribuent à rembourser les frais de santé reliés à leur mauvaise habitude. L’idée de surtaxer la malbouffe n’est pas mauvaise car c’est vrai que plusieurs maladies résultent directement ou en partie de l’obésité (diabète, hypertension, maladie cardiovasculaires…). Toutefois, j’admets que c’est malheureux pour les gens qui en font le commerce (dépanneurs et fast-food) et aussi ceux qui comme moi, en consomment qu’à l’occasion. Je crois toutefois que ce sacrifice peut tous nous être favorable à long terme.
    Les propriétaires de bars et de restaurants ont crié au scandale lorsque la loi anti-tabac à été adoptée. Y a-t-il moins de monde dans les bars et resto? Non. Les dépanneurs et comptoirs de fast-food pourrait et devraient élargir leur ”vocation” et offre de produits pour un Québec en meilleure santé…

    by Isabelle | Tuesday March 9th, 2010

  67. Il ne coûte pas si cher de bien manger, il suffit d’éduquer les gens.
    On arrive à très bien à faire un souper pour une famille de 4 avec 10$; une palette de veau braisée avec des pâtes et des carottes bouillies. Ou encore des côtelettes de porc avec un riz au lentilles… Qu’avez-vous en malbouffe pour ce prix?

    by Isabelle | Tuesday March 9th, 2010

  68. Taxer la «malbouffe», pourquoi pas? C’est une idée simple, originale, bénéfique dans tous les cas économiques et de la santé surtout! Je ne m’attarde pas sur les détails de la problématique, cela a déjà été fait…Par contre parmi les commentaires que j’ai lus, il y en a un qui a relevé un point important : la «malbouffe» se procure plus aisément au niveau financier que les produits santés! En effet, le lait est beaucoup plus cher que de la boisson gazeuse! Par conséquent, il est impératif de diminuer le prix du lait, si l’on augmente celui des liqueurs! Pourquoi? Parce que le but premier ici, N’est PAS de chercher le profit, n’est-ce pas? L’avidité du profit passe après la santé, n’est pas le sujet? Cela s’applique par la loi du «donnant-donnant», je vous paie plus cher pour cela, alors faites moi économiser sur le meilleur produit.

    En ce qui concerne les ventes qui deviendraient probablement à la baisse, notons que…Allons donc, la compagnie Coke, bien que dominante, n’est pas une nécessité à la vie québécoise! Hydro-Québec, ah là si! L’enjeu ici serait plus important, qu’une simple compagnie de breuvages néfastes pour le corps!

    P.S.:
    Josée Leroux : Je peine à croire, et m’en désole croyez-moi, que votre dépanneur ait à subir la faillite suite à une légère taxation comme celle là. Prenez donc pour exemple l’essence conventionnelle que tous les automobilistes utilisent chaque jours…Les prix sont victimes de perpétuelles fluctuations, mais il n’en reste néanmoins que tout le monde continue d’en consommer! Autrement dit, ce n’est pas une taxe qui nous empêchera de manger des croustilles Lays, Doritos, etc.

    by JP | Wednesday March 10th, 2010

  69. On dit que la modération a meilleur goût……..

    Oui il y a des problème de santé causer pas la malbouffe…..Mais…..A qui la faute???

    Les parents travail comme des fous pour payer ces fameuse taxessss…….
    Nous arrivons a 17 ou 18 heures le soir.Les devoir des enfants, le lavage,le ménage,les bains……
    Dites moi ou pouvons nous trouver les temps nous les parents de faire des repas toujours équilibré????
    De plus moi mes 4 ados quand ils arrivent de l’école ils ont toujours faim…..Collation ici collation là………

    Moi j’ai la chance de ne pas travailler mon mari a un bon travail par chance…..Car avec 4 enfants de 10 a 13 ans…….

    La malbouffe c’est comme les produits du tabas et l’alcool….Encore le gouvernement a voulu faire de $$$$$ avec ces produits et maintenant c’est qui qui est OUBLIGER de payé!!!!!!!!!!!!!

    A sert a rien de vouloir toujours nous surtaxer….
    Le gouv a juste a baiser le prix de la bonne bouffe…Moi pour une famille de 6 presonnes sa nous coute 1500$ par mois d’épicerie,et je n’achète aucune malbouffe…….
    Des tomates 3.99$ la petite tomate c’est épouventable,un trio Mcdo est moin cher une presonne qui lui reste seulement ce petit 3.99$ que va t-il faire comme choix avoir juste une petite tomate pas de pain ou avoir un repas complet chez Mcdo??

    Je trouve que la réponse n’est pas dans les taxessss…….Trouvez une autre solution.

    by Tremblay | Monday March 15th, 2010

  70. Bon encore une taxe! Est-ce si mal de manger un humberger? J’ai évolué dans des écoles dont la cafétéria servaient des pâtes,du poisson et aussi de la poutine. Les jeunes n’étaient pas plus en mauvaise forme. Non nous bougions tout simplement! Nous avions des cours d’éducation physique et des récrléations à l’extérieur. On peux-tu juste revenir aux bases et d’arrêter de vouloir étrangler le monde en les surtaxant! Ce n’est pas normal que nous n’avons plus les moyens de s’acheter une maison car vous menacez de taxer tout. De plus, pourquoi est-ce que je payerais plus en sachant très bien que cette argent va aller directement dans les poches des infirmières, médecins et compagnie. À chaque fois que nous trouvons de l’argent, nous entendons parler des syndicats qui demandent des meilleurs salaires, qui tirent sur la couverte. L’argent n’ira pas plus pour les besoins essentiels. Commencons par avoir une poplulation qui travaille au lieu d’avoir 40% de notre population sur l’aide social. Nous vivons comme un province de riche alors que nous sommes pauvres. Nous nous payons des tas de programmes sociaux et nous nous en prenons à l’Alberta pour ses sables bitumineux…alors qu’elle nous permet justement de payer ses programmes sociaux.
    Que désirez-vous pour le futur québécois? Qu’il soit pris à la gorge? Hey bien continuer comme cela vous êtes bien parti.

    by S.Beauchesne | Friday March 19th, 2010

  71. Très intéressant, ce débat !

    Je suis nutritionniste et travaille auprès de plusieurs clientèles. Les clientèles moins bien nanties me disent souvent que bien manger, ça coûte cher.

    Permettez-moi de ne pas être d’accord avec eux.

    Le prix d’un sac de légumineuses sèches coutent aux alentours d’une simple piasse et avec le nombre de protéines, de fibres, de zinc, de fer, de sélénium, de magnésium, etc. que ça comprend par portion… Je trouve qu’on devrait amplement le préférer à un hot dog qui va nous soutenir quoi, 2 heures ? (en réponse à Renée)

    Oui, il faudrait changer nos habitudes. Oui, l’éducation est la clé ! Mais un enfant doit être exposé jusqu’à 10 fois à un aliment avant de l’adopter ! Même chose pour les adultes, probablement… Ça risque donc d’être long.

    Voilà pourquoi je suis pour la taxation de la malbouffe. J’appuie les autres bloggeurs qui ajoutent que l’argent recueilli pourrait servir à financer en partie des programmes d’éducation à la cuisine moins chère, tout en étant bonne au goût. Il serait pertinent de faire ces séances d’information dans les endroits où les gens sont justement moins bien nantis. Pourquoi aussi ne pas utiliser l’argent pour diminuer le prix des fruits, des légumes et des produits laitiers ? Pourquoi ne pas ainsi soutenir nos producteurs provinciaux ?

    Merci !

    by Marie Anne | Wednesday March 24th, 2010

  72. Pour ma part, toutes ces idees sont bonnes mais pourquoi encore taxer pour que l’Etat ait de l’argent..??? C;est rendu que je paye mon permis plus cher, la SAAQ (assurance) plus cher, le gas, la taxe sur le gas, la taxe du provinciale sur laquel la taxe s’applique, le 5$ sur les pneus, le 7$ a mon changement d’huile, mon x% sur les cylindrés, mon x% sur ma moto, ma taxe pour le transport en commun qui passe a toutes les heures le dimanche soir avec personne a son bord, oui, le GROS autobus…

    Bref, cesser de trouver de l’argent dans nos poches, nettoyer les hopitaux de vadrouilleurs a 25$ de l’heure, d’infirmiere assise sur leurs fesses au lieu d’aider a diverses taches a cause qu’elles sont syndiqué, de payer des medecins qui voit un patient 3 minutes pour leur dire qu’ils doivent remettrent leur rendez-vous… (oui, je l’ai vécu et non, meme denoncer, rien est arriver.)

    Bref, faite du menage au gouvernement, degraisser cela et revenez nous voir… A 20% d’impot, ou je vais payer 100% la malbouffe…

    by Normand Vallee | Tuesday April 6th, 2010

  73. Et pourquoi ne pas faire campagne plutôt contre la quantité de sel et de mauvais gras qui sont emmagasinés dans tous les aliments transformés ? Pourquuoi ne pas demander au niveau de gouvernement qui a ce contrôle de réglementer ces additifs ? Il me semble qu’on viserait plus ainsi le mieux-être et la santé de la population en général.
    Les statistiques sorties ces dernières semaines tendent à prouver mes dires.

    À moins que votre suggestion de nouvelles taxes ne vise qu’a favoriser vos émoluments de spécialistes….

    by Louise | Thursday April 8th, 2010

Sorry, the comment form is closed at this time.


 

You need to log in to vote

The blog owner requires users to be logged in to be able to vote for this post.

Alternatively, if you do not have an account yet you can create one here.

Powered by Vote It Up