L'expertise a un prix

Une initiative de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Pub télé

Inscrivez-vous à notre bulletin afin
de recevoir nos dernières nouvelles.

Eau embouteillée (30 secondes)

Chaque année, près de 1 milliard de bouteilles d’eau de 500 ml sont vendues au Québec.

Malbouffe (30 secondes)

Il est prouvé que la malbouffe a une incidence néfaste directe sur la santé.

Loi sur les mines

Les compagnies minières ont extrait pas moins de 17 milliards de dollars.

Médicaments génériques

Québec paie trop cher ses médicaments génériques.

Mines abandonnées

Au Québec, il existe plus de 400 sites contaminés.

Construction des routes

La construction d’un kilomètre de route coûte plus cher au Québec.

Exportation d’eau douce

L'exportation d’eau douce pourrait engendrer des revenus de dizaines de milliards par année.

Eau embouteillée

Chaque année, près de 1 milliard de bouteilles d’eau de 500 ml sont vendues au Québec.

Precedent  Suivant

Appréciation : 63%

Selon l’IEDM, l’exportation de l’eau douce permettrait de générer des revenus bruts de 65 milliards de dollars par année.

Soixante-cinq milliards de dollars par année (1). Voilà la somme de revenus annuels bruts qui pourrait être générée selon l’Institut économique de Montréal (IEDM) « si le Québec exportait par exemple 10 % de ses 1 000 milliards de mètres cubes (m3) d’eau douce renouvelable par an à un prix de 0,65 $/m3 », ce qu’il en coûte pour le dessalement d’un mètre cube d’eau en Californie ou en Floride par exemple. « Même si 10 % seulement de cette valeur étaient perçus en redevances et même si les difficultés technologiques, économiques et environnementales à surmonter sont importantes, les montants en jeux sont considérables. » En plus de générer des revenus qui permettraient enfin au Québec de rembourser sa dette, voire en quelques années, et d’équilibrer ses finances publiques, l’exportation de l’eau permettrait de développer un créneau d’expertise et d’excellence de niveau mondial. Plusieurs scénarios de prélèvement pourraient être envisagés : directement du fleuve, en surface, près de Québec; à même les réservoirs des barrages existants, en ajoutant des stations de pompage; en prévoyant l’ajout de tels systèmes de prélèvement aux nouveaux ouvrages qui seront construits. Bref, il demeurerait à définir la ou les façons de prélever la ressource sans nuire aux écosystèmes et de poursuivre plus loin les analyses amorcées par l’Institut économique de Montréal.

En plus de nous permettre d’éliminer notre dette en quelques années, l’exportation de l’eau nous permettrait de développer un créneau d’expertise et d’excellence de niveau mondial.

Source

1- Boyer M. L’exportation d’eau douce pour le développement de l’or bleu québécois. Montréal : Institut économique de Montréal, août 2000. http://www.iedm.org/uploaded/pdf/cahier0808_fr.pdf

Pétition

 

cforms contact form by delicious:days

Pétition – Exportation de l’eau douce

Pétition concernant une redevance sur l’exportation d’eau douce

Considérant qu’un revenu annuel brut de 65 milliards de dollars par année pourrait être généré, selon l’Institut économique de Montréal (IEDM), si le Québec exportait 10 % de ses 1 000 milliards de mètres cubes (m3) d’eau douce renouvelable par an à un prix de 0,65 $/m3;

Considérant que même si 10 % seulement de cette valeur étaient perçus en redevances et même si les difficultés technologiques, économiques et environnementales à surmonter sont importantes, les montants qui en découleraient sont considérables;

Considérant qu’en plus de générer des revenus qui permettraient enfin au Québec de rembourser sa dette, voire en quelques années, et d’équilibrer ses finances publiques, l’exportation de l’eau permettrait de développer un créneau d’expertise et d’excellence de niveau mondial;

Considérant que l’exportation de l’eau permettrait au Québec de développer un créneau d’expertise et d’excellence de niveau mondial et de créer de nombreux emplois dans ce secteur d’avenir;

Considérant qu’il serait possible de prélever la ressource sans nuire aux écosystèmes;

C’est pourquoi le(s) soussigné(s) demande(nt) à l’Assemblée nationale de bien vouloir considérer l’exportation de l’eau comme étant une avenue prometteuse de demander au gouvernement de poursuivre plus loin les analyses amorcées par l’Institut économique de Montréal et de prendre les mesures pour développer le plus rapidement possible ce secteur d’exportation.

Conditions à respecter pour signer la pétition
• Le signataire a pris connaissance du texte de la pétition et y donne son appui.
• Le signataire accepte que son nom, son prénom et le nom de son lieu de résidence figurent sur la liste des signataires.
• Les renseignements fournis par le signataire sont véridiques.


  J’ai lu et accepte les termes et conditions de la pétition.


 

You need to log in to vote

The blog owner requires users to be logged in to be able to vote for this post.

Alternatively, if you do not have an account yet you can create one here.

Powered by Vote It Up