L'expertise a un prix

Une initiative de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Inscrivez-vous à notre bulletin afin
de recevoir nos dernières nouvelles.
Revue de presse   |   samedi 13 février 2010

J’aimerais réagir au propos de M. Hamel de Sherbrooke qui, le 11 février, dénonçait dans La Tribune la campagne de publicité de 40 millions des médecins spécialistes.

Certes, les médecins, et les médecins spécialistes en particuliers, font partie du segment des « employés » de l’État de loin les mieux payés. Je ne suis pas un partisan de ce lobby omnipuissant qu’est la « santé » et de l’association des médecins spécialistes et de son porte-parole le Dr. Barrette. Mais, forcé de constater que pour une fois j’endosse leur démarche. Non pas celle de leur augmentation, mais celle de rémunérer adéquatement les employés de l’État québécois.

Est-ce que j’achète toutes les idées proposées dans leur campagne de publicité, évidemment que non. Mais, ils ont le mérite de poser le problème et d’offrir une voie de solution. Et non pas juste pour leurs « membres », mais pour toute la fonction publique et parapublique québécoise.

Pour plusieurs la fonction publique est vue comme offrant des conditions de travail exceptionnelles. Mais dans les secteurs professionnels, il n’en ait rien. Mise à  part la « sacro-sainte » sécurité d’emploi, la rémunération des professionnels est de 30 à  50% inférieur au marché de l’emploi, si ce n’est davantage!

Qu’est-ce qui arrive? Les meilleurs éléments de notre fonction publique sont drainés vers le privé alors que c’est la fonction publique souvent qui a contribué à  les développer. Donc, je pense qu’il faut revoir la rémunération de la fonction publique comme moyen de rétention.

Mais, et les spécialistes ont raison, sa devra prendre de nouvelles rentrées fiscales. Est-ce que de revoir la fiscalité des grandes entreprises n’est pas une des voies à  explorées? Augmenter le tarif préférentiel consentie sur notre hydro-électricité aux grands consommateurs qui eux verse des millions, voire des milliards en dividendes à  leurs actionnaires m’apparaît plein de sens!

Il ne faut pas oublié que les dividendes versés retournent rarement dans l’économie du Québec, le salaire des fonctionnaires retourne toujours (sauf exception) dans l’économie du Québec. Donc, ce que le gouvernement donne de la main droite, il en reprend de 20 à  25% de la main gauche, plus TVQ…

Je veux avoir le meilleur médecin pour me soigner, mais je veux aussi le meilleur ingénieur qui va enfin construire une route qui ne sera pas à  reprendre après deux ans. Je veux que mes enfants aient accès aux meilleurs enseignants afin qu’ils puissent aller au bout de leur potentiel. Je veux un gestionnaire qui va repenser l’offre de certains programmes gouvernementaux afin d’être plus efficients. Et je veux aussi les meilleurs hommes et femmes politiques qui ne se feront pas acheter par le premier contributeur de leur caisse électoral.

Là  où je suis en accords avec M. Hamel, c’est qu’il ne faut pas faire porter les nouvelles entrées fiscales sur les plus petits de l’État comme le propose monsieur Montmarquette et son groupe. La hausse de la tarification n’est pas dans les options viables puissent la pression relative d’une éventuelle hausse sera toujours beaucoup lourde pour un ménage à  faible revenu alors qu’elle sera négligeable pour le 10% des ménages les mieux nanties.

Oui, je suis d’accords avec les médecins spécialistes comme je suis d’accords avec le front commun syndicale dans la fonction publique. Il faut maintenant, trouver les solutions. Est-ce que c’est celles proposées par les médecins spécialistes? Je ne sais pas! Mais de grâce, ayons le courage de faire un débat au lieu de s’enfermer dans des positions démagogiques.

Frédéric Tremblay
Cookshire-Eaton

 

You need to log in to vote

The blog owner requires users to be logged in to be able to vote for this post.

Alternatively, if you do not have an account yet you can create one here.

Powered by Vote It Up