L'expertise a un prix

Une initiative de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Blogue

Inscrivez-vous à notre bulletin afin
de recevoir nos dernières nouvelles.
Blogue, Mines abandonnées   |   18 COMMENTAIRES  |   mercredi 10 février 2010

Au Québec, il existe plus de 400 sites que le gouvernement a identifiés comme étant contaminés et, parmi ceux-ci, un grand nombre de sites sont des mines qui ont été abandonnées par les entreprises minières qui les ont exploitées.

La Loi sur les mines est claire : pour exploiter nos ressources naturelles, les entreprises minières doivent verser une redevance au gouvernement. Les entreprises doivent également remettre les sites en état après la fin de l’exploitation de ceux-ci.

Dans son budget 2007-2008, le gouvernement du Québec avait prévu une enveloppe budgétaire pour restaurer, sur 10 ans, tous les sites contaminés, incluant les mines abandonnées. Le Vérificateur général avait estimé qu’il en coûterait 264 millions de dollars pour décontaminer ces sites. Le gouvernement pourrait forcer les compagnies minières à restaurer les sites contaminés d’ici 2017 et ainsi utiliser autrement les 264 millions de dollars qu’il prévoyait affecter à cette tâche. Voici d’ailleurs un geste gouvernemental qui s’inscrit en faux avec le principe du pollueur payeur : le gouvernement n’a pas à assumer cette facture. Il doit veiller à faire respecter ses propres lois, ce qui, ici, n’est pas effectué.

Selon vous, qui devrait payer pour décontaminer les sites des mines abandonnées?

* Le blogue est géré par un administrateur externe. Il se peut donc qu’il y ait un délai entre l’envoi de votre commentaire et sa parution.

18 commentaires

  1. Les entreprises actuellement actives ne sont pas les mêmes qui ont exploité ces sites maintenant abandonnés. Si mon grand-père est mort endetté, dois-je payer pour lui?

    Ces compagnies n’existent plus généralement. Léguer le passif environnemental d’une époque ou l’environnement n’était défendu ni par une loi ni par un ministère, aux entrepreneurs minier d’aujourd’hui équivaut à demander aux hopitaux et aux médecins des compensations pour ne pas avoir sauvé des gens morts au milieu du 20e siècle de ne pas avoir eu de greffe ou autre traitement qui auraient pu leur sauver la vie, alors qu’ils n’existaient pas encore. Les préoccupations environnementales n’existaient pas en 1950.

    Autre note intéressante: la vieille mine montrée n’a jamais été un site orphelin. Des gens y travaillent toujours. Quel bonheur pour eux de voir leur site de travail comme exemple d’un site orphelin, quelle motivation à travailler n’est-ce pas? Et si pour parler d’une maladie frappant les hommes d’un certain âge on prenait l’image de Dr Gaétan Barette à son insu? Je vous laisse le soin de choisir quelle maladie lui affliger, une qui serait des plus frustrantes personnellement et professionnellement pour faire commune mesure avec ce que vous montrez et qui atteindra ces travailleurs de cette mine qu’ils veulent redémarrer.

    Les images que vous collez à l’industrie minière par vos messages, visant avant tout le gouvernement, sont d’une époque révolue. Un peu comme si pour la médecine on remontrait sans cesse les saignées, en HD s’il vous plaît. Mais dans ce cas les gens sont tous 6 pieds sous terre sous une épitaphe aujourd’hui, et chanceux que vous êtes il n’y a plus rien à montrer.

    Vos démarches qui se veulent constructives pour aller chercher des revenus qui serviraient à augmenter vos salaires causent des dommages collatéraux dont vous devriez vous soucier.

    par François Bouchard | jeudi 11 février 2010

  2. @ François Bouchard Le gouvernement du Québec n’a pas de cadeau à faire à ces compagnies qui bénéficient déjà de très généreux crédits d’impôts et qui, par ailleurs, ne paient pas le niveau de redevances prévu par la loi. Au cours des dernières années, les compagnies minières ont extrait par moins de 17 milliards de dollars du sous-sol québécois… De quoi faire réfléchir.

    par FMSQ | jeudi 11 février 2010

  3. pour les mines, c’est absolument vrai. Je n’ai pas de problème avec ça. Mais il faut faire attention : l’argent qui serait ainsi amassé devrait servir à décontaminer les sites en question et non pas être réinvesti n’importe ou, même si le secteur de la santé coûte cher. Mais pour l’eau, on ne touche pas à ça, surtout pas l’exportation d’eau en vrac, c’est une notion de base en santé. L’eau, c’est la vie. Exporter de l’eau, c’est enlever de l’eau en aval des rivières et ainsi contribuer à détruire des écosystèmes. Même pour l’eau souterraine : jusqu’à ce jour, nous n’avons toujours pas les moyens de recenser la vitesse à laquelle se renfloue une nappe phréatique. Manquer d’eau assèche les terres, détruit les écosystèmes, empêche l’agriculture, incite à importer la nourriture ce qui contribue à la pollution par le transport des marchandises, et ainsi, nuit à la santé en général. Voir au bien-être de l’environnement, c’est voir à notre bien-être. Venant de professionnels comme, c’est plutôt surprenant que vous proposiez cela. SVP à l’avenir, renseignez vous mieux avant de proposer de telles choses. J’espère que vous retirerez cette proposition.

    par Elisabeth | vendredi 12 février 2010

  4. vous voulez nous sauvez de l’argent , d’accord. voici une autre avenue , au lieu de faire la meme erreur avec le systeme de sante que celle que nous avons faite dans le systeme d’education investissons dans le temporaire pour faire passer le surplus de clients qu’occasionne le baby boom. louons des medecins cubains a $50000 us par annee comme le venuzuela ou permettons a ceux qui le veule d’aller se faire traiter dans les hopitaux 5 etoiles de la thailande. je crois qu’une etude de rentabilite a long terme s’impose.

    par tito lyn | samedi 13 février 2010

  5. Effectivement les  »LOCATEURS » de ces mines (puisqu’après les ressources épuisées et de l’argent plein les poches,ils sacrent leur camp !) se doivent de payer une redevance convenable ET appropriée pour le type de ressource exploitée sur tout le territoire du Québec, et ce pour TOUTES les entreprises en les OBLIGEANT d’avoir leur siège social au Québec.
    Que le PM arrete de flater les p’tits zamis du parti et qu’il fassent appliquer les lois déjà existantes !, mais ca cé dur de faire ca quand les p’tits zamis capitalistes donnent généreusement à la caisse du parti et peut-etre inconito par la bande dans le 2eme ou 3eme salaire du PM ? ….Qui Sait !?
    En disant avoir une enveloppe budgétaire sur 10 ans pour VALORISER l’environnement mais beaucoup plus SON IMAGE ! EH BEN, IL RIT DE NOUS EN PLEINE FACE ! EN NOUS REMETTANT LA FACTURE À PAYER POUR LA GÉNÉRATION FUTURE !!!
    J’en aurais d’autres à rajouter mais Juste ca ce n’est pas que 264 millions mais suivi à la lettre cé beaucoup plus , pour ne pas dire le double !?
    Mais QUE VOULEZ-VS quand on a un gouvernement capitaliste à l’os et qui n’a pas d’autorité sévère pour le remettre à l’ordre, BEN CÉ CA , il fait ce qu’il veut mais toujours en faveur des zamis capitalistes pour le CASH et non pour la population !
    CE N’EST PAS UN VRAI PM !

    par Sylvain | samedi 13 février 2010

  6. Poser la question c’est y répondre ….

    par Alain Dufresne | dimanche 14 février 2010

  7. C’est inimaginable que la population Québécoise soit aussi mitaine!
    Ça fait longtemps que les Amérindiens auraient bloqués tous les ponts de la province

    par Robert Dodge | lundi 15 février 2010

  8. le problème n’est pas juste au mines mais s’est a grandeur du Québec prenez par exemple les cellulaires. Combien de personne parle avec leurs cellulaires dans l’auto? Bienvenue au Québec aucune règle n’est respecter.

    par kévin | mercredi 17 février 2010

  9. taxer la malbouffe, belle solution you hou. ça tient pas debout votre affaire. on peut tu réduire les dépenses. Moi je plains pas les salaires dans les 6 chiffres. si vous êtes pas content, il vous reste le bénévolat en haiti. on crèvera au québec, y nous restera juste l’espoir de rester en vie parce qu’un spécialiste grassouillet aura préféré se prélasser au bord de sa piscine chauffée. aller vous ressourcer en afrique pour voir à quoi ça rime la vie

    par francois lehouillier | dimanche 21 février 2010

  10. votre campagne est geniale continuer! de loin la campagne publicitaire d un groupe de pression la plus intelligente que j ai vu

    par jeremie carignan | mardi 23 février 2010

  11. Il est grand temps que quequ’un se réveille et pense à faire payer les mines pour remettre le sol à son état original quand ils ont fini de prendre la ressource souterraine. Je sais que c’est une loi déjà appliquée dans la Colombie Britanique et dans le Yukon. C’est absolument ridicule que les Québécois soient obligé de débourser pour faire le ménage quand les propriétaires de mines se sont remplis les poches et s’en vont ailleurs faire de même.
    Je vous félicite de ce site web génial qui nous renseigne sur la stupidité du Gouvernement actuel.

    par Philippe Rochon | mercredi 24 février 2010

  12. Toute la prémisse de cette campagne nous emmène dans un cul de sac économique. Le débat de ‘remplir les coffres du gouvernement’ est dangereux et non-stratégique. Réduisons les revenues du gouvernement et son omniprésence et qui nuit à l’attrait des investisseurs au Québec. En réduisant la charge fiscale écrasante, en dépensant moins et de façons plus judicieuses on pourrait alors faire la promotion d’expertise, de rentabilité, d’innovation et d’essor par une entreprise privé renaissante au Québec. À ceux qui veulent taxés plus et partout : le système actuel est malade et faut chercher ailleurs que par le faux débat créer par des pubs contradictoires en voulant du bien avec certaines idées, innovatrices certes, mais gâchées complètement en proposant des taxes indirectes supplémentaires toujours selon le faux argumentaire de ‘remplir davantage les coffres du gouvernement’. Bonnes idées à moitié penser et visant la mauvaise cible. Il faut un vent positif de changement vers la droite, une droite socialement responsable et économiquement viable. Respectueusement, Michael Brossard

    par Michael Brossard | mercredi 24 février 2010

  13. Je considère juste, d’éclairer les gens sur les bases de leur consommation. Il est vrai que notre richesse collective doit être proportionnelle à notre conscience collective. Plus on se ferme les yeux sur les fondements de notre qualité réelle de vie, moins nous exercons un réel pouvoir sur sa préservation. La génération montante à laquelle j’enseigne nous regardera avec une telle méprise si nous ne participons pas à leur essor et si nous nous contentons de sauver notre peau à nous, notre petit cul tout doré. Pensons à eux, sinon eux penserons à nous mais pas nécessairement avec condescendance et empathie. Continuez à faire réfléchir, ce que je considère comme étant essentiel pour notre avenir. Un jour il nous faudra porter cette réflexion à l’action.

    par Richardson Marc | mercredi 24 février 2010

  14. le fait de soulever un débat public et de trouver des solutions pour apporter de noveaux fonds est louable mais ce qui l’est moins est votre but visé par cette pub. c’est-à-dire de donner l’argent aux médecins spécialistes qui sont d’après vous  »mal payés » au québec. On devrait quand même tenir compte que vous faites partie de la couche de la société la mieux rémunérée alors que plein de gens auraient besoin que soit mieux partagée la richesse au quebec. il faut aussi penser qu’en taxant la malbouffe vous visez aussi une couche de la population qui ne peut que se payer cette maudite malbouffe – un big mac coûte moins cher qu’un steak ou même un macaroni. Quand on y pense vous êtes quand même pas si mal que ça mon cher docteur.

    par marc theberge | jeudi 25 février 2010

  15. @ Marc Theberge La FMSQ a décidé de proposer des solutions afin que le Québec sorte de l’impasse budgétaire dans lequel il se trouve, et ce, dans une perspective d’avancement collectif et non pour le seul bénéfice des médecins spécialistes.

    De plus, tel qu’indiqué dans de ce blogue, « On vise ici un certain type d’aliments (croustilles, friandises, boissons gazeuses, etc.) et non des repas… ».

    par FMSQ | jeudi 25 février 2010

  16. Je suis tout à fait d’accord avec vos suggestions,Il est grandement temps que l’on ne pense pas seulement aux petits amis. On s’attend à ce que Jean Charest gouverne il a demandé d’ avoir les deux mains sur le volant, j’ai plutôt l’impression que ses deux mains sont dans ses poches afin de bien garder son deuxième salaire payé par les libéraux.

    par claire aubin | dimanche 28 février 2010

  17. Bravo pour cette extraordinaire campagne sociétale qui pousse à la réflexion et qui pour une fois propose des solutions originales et concrètes!

    Les médecins sont les premiers confrontés aux réalités d’une société malade à tous points de vue. Manque d’argent à tous les niveaux de la chaîne signifie, trop souvent, santé plus fragile…

    Ces solutions permettent de mieux rémunérer les médecins spécialistes qui vous sauvront probablement la vie à un moment ou à un autre, ou vous procureront à tout le moins une qualité de vie bien meilleure.

    Mais ce qui est aberrant, c’est que ce sont des solutions que le gouvernement ne semble même pas avoir la créativité de nous proposer; non, au Québec, on fait des routes pour stimuler l’économie, vraiment on sent que le quotient de notre peuple s’améliore (ironie). Pendant ce temps, l’Inde a dépassé tous les pays grâce à l’économie du savoir….

    Solutions aussi qui profiteraient à tous et pas uniquement financièrement.

    En passant, un Big Mac n’est pas la seule solution non coûteuse à l’alimentation; déployer l’effort requis pour s’assurer d’une alimentation saine et équilibrée à faible coût, c’est une autre histoire!

    Alors, M. Charest, sortons enfin des sentiers battus!

    P.S. Je ne travaille ni en politique, ni en santé, je suis un simple citoyen désabusé des politiciens et des bureaucrates sans envergure et de mes concitoyens anesthésiés par leurs propros!

    par Marc Lajoie | mercredi 3 mars 2010

  18. Voici des pistes de solutions pour rendre les exploitants de mine plus responsable
    Premièrement augmenter les redevances au fond restauration
    Deuxièmement, demander une bonne caution au exploitant de mine qui sera remis seulement si le site a été restaurer en bonne et du forme
    Troisièmement, renverser le fardeau de la preuve face aux lois environnemental, cela aurait pour effet de fortement dissuadé les compagnies a enfreindre les lois environnemental puisque qu’il incombera a eux de prouver qu’il n’a pas eux faute. Tout le monde sait quand droit il est beaucoup plus difficile et plus coûteux de faire la preuve dans un procès.
    Finalement le gouvernement devrait avoir le droit d’éfectuer une hypotheque légal sur toute le capital de la mine présent durant l’exploitation de la mine, l’exploitant ne remet les lieu comme avant le gouvernement est maintenant propriétaire de tout l’équipement et se libre de toute dette.
    Je peux vous assurer que la compagnie va faire un petit calcul rapide pour s’apercevoir que la perte de la caution + la perte de tout son capital et un procès coûteux versus le coût d’une restauration du site d’exploitation s’avère être une aubaine.

    par c.gauvin | mercredi 17 mars 2010

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.


 

You need to log in to vote

The blog owner requires users to be logged in to be able to vote for this post.

Alternatively, if you do not have an account yet you can create one here.

Powered by Vote It Up